Blogue Mai 02, 2022

10 points à retenir des consultations du LDE


10 POINTS À RETENIR

  1. Il existe une réelle demande pour de meilleures données commerciales au Canada.
  2. Les parties prenantes veulent l’aide d’experts pour « apprivoiser la jungle de l’information » par l’analyse, la consolidation et la conservation de données commerciales pertinentes provenant de sources variées.
  3. Avec un budget limité et une petite équipe, le LDE peut maximiser son impact en se concentrant sur ce qui compte le plus pour les entreprises canadiennes.
  4. Les parties prenantes veulent des outils faciles à utiliser pour analyser rapidement les données et générer leurs propres conclusions.
  5. Les parties prenantes veulent avoir le choix de la façon dont elles utilisent les données d’entreprise.
  6. Notre partenariat fondamental avec le gouvernement fédéral et Statistique Canada est un atout de taille.
  7. Notre nouveau Conseil consultatif du gouvernement fédéral peut constituer une tribune pratique pour une collaboration intergouvernementale en matière de données d’entreprise et d’enquêtes.
  8. Le LDE devrait tirer avantage de partenariats supplémentaires en travaillant avec des intervenants non gouvernementaux qui ont des objectifs similaires.
  9. La participation des parties prenantes à ces séances de consultation intensive a amélioré leur compréhension du LDE.
  10. Une campagne de publicité continue est nécessaire pour faire connaître les résultats du LDE.

En février 2022, nous avons lancé le Laboratoire de données d’entreprise (LDE) de la Chambre de commerce du Canada. Après le lancement, nous avons organisé une série de séances de découverte sur le LDE avec des parties prenantes de tout le pays. Au total, nous avons organisé six ateliers avec plus de quatre-vingts groupes d’intervenants, notamment :

  • le réseau de la Chambre;
  • notre nouveau Conseil consultatif du gouvernement fédéral;
  • des dirigeants de diverses communautés d’affaires.

Pour chaque groupe, nous avons élaboré des questions d’enquête ciblées afin d’orienter les discussions et de recueillir des commentaires structurés. Les principaux objectifs de ces consultations étaient les suivants :

  • Informer les parties prenantes sur le LDE;
  • Comprendre les besoins en données et les plans de recherche des parties prenantes;
  • Identifier les besoins et les possibilités de collaboration.

Voici les 10 points que j’ai retenus de ces sessions :

Point 1 : Nous tenons quelque chose.

Il existe une réelle demande pour de meilleures données commerciales au Canada. C’était, bien sûr, notre hypothèse initiale, mais il est agréable de la voir confirmée dans nos discussions. L’une des principales motivations du développement du LDE était de fournir aux entreprises canadiennes des données essentielles pour les aider à prendre de meilleures décisions et à améliorer leur rendement. Nous pensons que cela se produira de différentes manières. Pour donner quelques exemples, le LDE a l’intention de :

  • fournir des outils pour aider les petites entreprises canadiennes à mieux surveiller les conditions du marché dans leur région;
  • analyser les enquêtes sur les entreprises chaque trimestre afin de générer des observations précises et de fournir des indicateurs avancés des tendances futures;
  • aider les entreprises appartenant à des groupes sous-représentés en produisant des recherches axées sur leurs besoins et opportunités spécifiques;
  • favoriser la compréhension du réseau de la Chambre, des décideurs, des entreprises, des médias et du public en offrant une perspective plus granulaire et en temps réel des impacts commerciaux des principaux événements influençant notre économie (par exemple, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les événements climatiques extrêmes, les politiques de santé en cas de pandémie, etc.)

Point 2 : Aide recherchée.

Les parties prenantes veulent l’aide d’experts pour « apprivoiser la jungle de l’information », par l’analyse, la consolidation et la conservation de données commerciales pertinentes provenant de sources variées. Les sources de données émergentes du secteur privé peuvent être inconnues de certaines parties prenantes ou sont tout simplement trop coûteuses à obtenir, à analyser et à maintenir. En centralisant ces travaux au sein du LDE, ces activités peuvent réduire les doublons et faire gagner du temps et de l’argent aux entreprises canadiennes et au réseau de la Chambre.

Point 3 : Se concentrer sur les préoccupations des entreprises canadiennes.

Avec un budget limité et une petite équipe, le LDE peut maximiser son impact en attirant les meilleurs talents et en concentrant ses efforts sur les priorités pour les entreprises canadiennes. Bien que les domaines d’intérêt soient nombreux, les parties prenantes nous ont dit qu’elles souhaitaient que le LDE se concentre sur les sujets pertinents pour les entreprises, en fournissant des mises à jour en temps réel et en étant aussi granulaire que possible. Les sujets de base qui figurent en tête de la plupart des « listes de souhaits » sont les suivants :

  • les conditions commerciales locales (comme l’activité économique, les dépenses de consommation, la mobilité, les ouvertures/fermetures d’entreprises, les obstacles et les attentes, le transport et le tourisme);
  • les informations sur le marché du travail local (emploi, salaires, offres d’emploi, tension du marché, compétences, immigration, démographie et logement).

Vient ensuite un deuxième niveau de questions économiques émergentes qui comprend :

  • les mesures en matière d’environnement, de durabilité et de gouvernance (ESG), comme les émissions de gaz à effet de serre, les pratiques environnementales pour les secteurs clés et le suivi des progrès en matière de « carboneutralité »);
  • l’équité, la diversité, l’inclusion (ÉDI), notamment des données sur l’emploi, la propriété et la gestion d’entreprises de groupes traditionnellement sous-représentés ainsi que des considérations d’intersectionnalité);
  • l’économie numérique et l’innovation (adoption du numérique, ventes en ligne, investissements des entreprises dans la technologie et la R&D).

Point 4 : Opter pour la simplicité.

Les parties prenantes veulent des outils faciles à utiliser pour analyser rapidement les données et générer leurs propres conclusions. Les participants se sont montrés intéressés par les tableaux de bord de données qui regroupent des mesures clés provenant de différentes sources. Parmi les exemples utiles, citons l’Economic Dashboard du gouvernement de l’Alberta et le Recovery Tracker du Toronto Regional Board of Trade.

Ces types d’outils permettent aux utilisateurs de naviguer par simple clic (plutôt que de télécharger des données et d’écrire leur propre code source), de voir rapidement des statistiques sommaires et de développer des analyses pertinentes, notamment en comparant les régions. Les parties prenantes apprécient la simplicité des données, la clarté des sources de données et des méthodologies utilisées, les visualisations attrayantes, l’interactivité, l’accès à plusieurs niveaux de granularité et la pertinence pour les affaires.

Point 5 : Offrir des options aux utilisateurs.

Les parties prenantes veulent avoir le choix et une certaine flexibilité dans leur façon d’utiliser les données. Les parties prenantes disposent d’un large éventail d’expériences et de moyens dans leur capacité interne à travailler avec les données. Par conséquent, pour être efficace, le LDE doit répondre aux besoins et aux capacités des utilisateurs. Dans certains cas, les utilisateurs veulent des statistiques rapides et simples, par exemple, pour soutenir leur action politique. Alors que dans d’autres cas, ils veulent des outils interactifs et personnalisables pour générer de nouvelles réflexions et comprendre le contexte plus large du marché dans lequel leur entreprise opère. Les utilisateurs disposant d’une expertise interne et d’un peu de temps veulent télécharger des données brutes pour effectuer leur propre analyse. Les médias sociaux, les bulletins électroniques, les rapports, les blogues, les infographies, les représentations de données, les citations, les courtes vidéos, les webinaires et les balados sont autant de canaux de distribution supplémentaires qui permettent aux données et aux informations d’atteindre leur public cible.

Point 6 : Bâtir sur les avantages de Statistique Canada en matière de données.

Notre partenariat fondamental avec le gouvernement fédéral et Statistique Canada est un atout de taille. Il nous permet de bénéficier d’une expertise en matière de données, de renforcer la crédibilité de cette initiative et de collaborer à la collecte (par l’acquisition) et, éventuellement, à l’analyse des données. Le LDE peut également sensibiliser les entreprises et améliorer l’utilisation des données existantes de StatCan, notamment l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises. Par rapport à StatCan, le LDE a plus de latitude pour diffuser des sources de données non traditionnelles, ou « expérimentales », qui peuvent venir compléter les statistiques officielles produites par l’organisme. 

Point 7 : Collaboration entre gouvernements.

Notre nouveau Conseil consultatif du gouvernement fédéral peut constituer une tribune pratique pour une collaboration intergouvernementale en matière de données d’entreprise et d’enquêtes. Ce groupe est composé d’experts ayant des perspectives uniques sur les activités des entreprises canadiennes, les enquêtes et les programmes gouvernementaux destinés aux entreprises. En réunissant des représentants de 10 organisations, nous espérons promouvoir la collaboration, briser les silos et réduire le chevauchement des efforts entre les organisations. Voici deux exemples illustrant ce propos :

  • la grande majorité (89 %) des participants ont vu des possibilités de mieux coordonner les enquêtes existantes auprès des entreprises; la « lassitude à l’égard des enquêtes » due au recoupement d’enquêtes de différentes organisations ayant des objectifs d’information similaires, impose un fardeau de réponse supplémentaire aux propriétaires d’entreprises, ce qui pourrait réduire leur volonté de participer aux enquêtes;
  • la plupart des répondants (80 %) étaient intéressés par l’accès aux données du LDE pour effectuer des analyses; par conséquent, le LDE pourrait servir de forum pour échanger des idées de recherche, recueillir des commentaires sur des questions potentielles pour l’enquête trimestrielle de StatCan auprès des entreprises et aider les chercheurs des différents organismes à travailler ensemble pour établir une base de données probantes afin d’améliorer la conception des programmes gouvernementaux destinés aux entreprises.

Point 8 : Tirer avantage des partenariats au-delà du gouvernement.

Le LDE devrait tirer avantage de partenariats en travaillant avec des intervenants non gouvernementaux qui ont des objectifs similaires. Les partenariats peuvent apporter une valeur ajoutée à toutes les étapes de la production, du partage des données et de l’analyse dans le secteur privé, les universités et les groupes de réflexion, aux rapports, publications et événements conjoints avec le milieu des affaires. Comme dans le cas de notre travail avec StatCan, nous pouvons accomplir davantage en travaillant ensemble que séparément.

Point 9 : La participation accroît la compréhension.

La participation des parties prenantes à ces séances de intensive a amélioré leur compréhension du LDE. Nous espérions que ces séances nous permettraient d’établir des liens avec les parties prenantes, d’améliorer leur compréhension de nos objectifs et de les inciter à participer à une boucle de rétroaction continue afin d’améliorer nos produits et de nous assurer que nous répondons aux besoins des entreprises canadiennes et des intervenants gouvernementaux. Nous avons été heureux de constater que la compréhension du LDE par les participants s’est considérablement améliorée au cours des séances, passant d’un score moyen de 2,4 à 3,7 (sur une échelle de 1 à 5, soit une augmentation de 54 %).


Point 10 : Faire connaître votre travail.

Une campagne de publicité continue est nécessaire pour faire connaître les nouveaux produits du LDE. Le LDE a l’intention de faire la promotion de ses produits auprès des utilisateurs potentiels, y compris auprès des personnes influentes dans les créneaux spécialisés sur les médias sociaux. Nous développerons d’excellents outils en ligne et générerons des résultats de recherche uniques, mais les parties prenantes doivent en être informées avant de pouvoir intégrer les contributions du LDE dans leur routine de travail. 

Ce ne sont pas les seules leçons que nous avons tirées de ces sessions.

Pour en savoir plus sur nos consultations de découverte auprès des parties prenantes, nous vous invitons à lire le rapport complet.