Blogue Août 30, 2022

Enquête canadienne sur la situation des entreprises au T3 2022: L’inflation est la préoccupation première. Les problèmes de main-d’œuvre s’intensifient, mais les pressions sur les prix et les problèmes de chaînes d’approvisionnement s’améliorent


Selon la dernière enquête de l’ECSE, les entreprises canadiennes continuent de considérer l’inflation comme leur principal obstacle à court terme. Un impressionnant 60 % des entreprises s’attend à ce que l’inflation soit un défi, le taux de réponse le plus élevé depuis la création de l’enquête. Ce résultat ne surprend pas, étant donné que ce sujet a dominé la couverture médiatique et les discussions commerciales au cours de la dernière année.

De façon plus générale, l’enquête révèle que les entreprises canadiennes continuent de faire face à la hausse du coût des intrants liée à l’inflation élevée, à l’embauche de travailleurs dans un marché du travail très compétitif et aux difficultés persistantes de la chaîne d’approvisionnement.

Au cœur de ces préoccupations généralisées concernant l’inflation, il est encourageant de voir les premiers signes d’amélioration sur ce front : la progression des prix à la consommation a finalement légèrement baissé en juillet (à 7,6 %, par rapport à 8,1 %, en raison de la chute des prix de l’essence), et, pour la première fois depuis 2021, le nombre d’entreprises qui disent s’attendre à augmenter leurs prix au cours du prochain trimestre a diminué (34 % dans la présente enquête, par rapport au record de 39 % lors de l’enquête précédente).

Stephen Tapp, économiste en chef, Chambre de commerce du Canada

PRINCIPAUX POINTS À RETENIR

  • Les entreprises canadiennes s’attendent à ce que la hausse de l’inflation soit le principal obstacle auquel elles devront faire face au cours du prochain trimestre. Cette question a été citée par la majorité (60 %) des répondants, ce qui représente le taux de réponse le plus élevé de l’histoire de l’enquête.

  • De même, le deuxième obstacle le plus important à court terme est la hausse du coût des intrants, citée par près de la moitié (47 %) des entreprises, soit une légère baisse par rapport au dernier sondage (50 %). Les pressions sur les coûts sont les plus fortes pour les entreprises des secteurs de l’agriculture (72 %), de la fabrication (72 %), de l’hébergement et de la restauration (70 %).

  • Heureusement, il y a eu quelques signes timides d’amélioration sur le plan de l’inflation. Au cours du prochain trimestre, 34 % des entreprises prévoient d’augmenter leurs prix (contre 39 % au trimestre précédent, un record), ce qui est cohérent avec le fait que l’inflation continue de ralentir par rapport aux sommets atteints depuis quatre décennies.

  • Les pénuries de main-d’œuvre continuent de s’intensifier : Les marchés du travail sont extrêmement tendus, ce qui complique la tâche des entreprises pour recruter et conserver des employés qualifiés. Ces préoccupations sont relativement répandues, mais elles sont plus vives dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration, de la construction, des soins de santé et du commerce de détail. Parmi les entreprises qui prévoient des obstacles à la main-d’œuvre à court terme, près des deux tiers (62 %) ont indiqué que les difficultés liées au recrutement et à la conservation du personnel se sont aggravées par rapport à la même période l’an dernier.

  • Les chaînes d’approvisionnement restent un problème pour les entreprises, mais montrent des signes d’amélioration : Une proportion légèrement plus faible d’entreprises s’attend à des difficultés pour acquérir des intrants ou gérer les stocks. Cette évolution se produit parallèlement à la modeste amélioration des chaînes d’approvisionnement mondiales au cours des derniers mois.

  • Perspectives de ralentissement de la croissance : La croissance économique devant ralentir au second semestre, dans le contexte d’un affaiblissement de l’économie mondiale et de taux d’intérêt plus élevés, l’optimisme des entreprises canadiennes s’est estompé, mais seulement légèrement. Les secteurs les plus optimistes sont les arts, les divertissements et les loisirs, ainsi que les « autres services », tous deux bénéficiant d’un rebond grâce à la demande refoulée d’activités difficiles à atteindre qui avaient été fermées plus tôt dans la pandémie. Les secteurs les moins optimistes sont ceux de la construction, de l’hébergement et de la restauration, et des transports, qui doivent faire face à une correction continue du marché de l’habitation (pour la construction) ainsi qu’à d’importantes difficultés sur le marché de la main-d’œuvre.

La hausse de l’inflation est la principale préoccupation des entreprises pour le T3 de 2022

Les préoccupations relatives aux coûts et à la main-d’œuvre occupent une place importante

Les pressions sur les prix ont amorcé un virage.

L’hébergement, la restauration et la construction sont les plus touchés par les problèmes de main-d’œuvre.

Les entreprises canadiennes signalent un ralentissement de la croissance des ventes, de l’emploi et des investissements, ainsi qu’une réduction des marges bénéficiaires au T3 de 2022.

L’optimisme des entreprises canadiennes s’estompe légèrement en vue de 2023.

La situation s’améliore pour les arts, le divertissement et les loisirs.

À propos de l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises

Objectifs de l’enquête : L’Enquête canadienne sur situation des entreprises (ECSE) a été créée au printemps 2020 par Statistique Canada en partenariat avec la Chambre de commerce du Canada afin de fournir des données actuelles et pertinentes sur la situation des affaires au Canada, ainsi que les attentes et les points de vue des entreprises sur les enjeux émergents. Ces données sont utilisées par les gouvernements, les chambres de commerce, les associations d’entreprises et les analystes pour suivre l’évolution de la conjoncture et élaborer des politiques de soutien aux entreprises canadiennes.

Période de l’enquête : Les réponses à l’ECSE du T3 de 2022 ont été recueillies du 4 juillet au 8 août 2022.

Approche de l’enquête : L’enquête a été menée par Statistique Canada au moyen d’un questionnaire électronique, en utilisant un échantillon aléatoire stratifié d’établissements commerciaux ayant des employés. Les populations totales sont estimées à l’aide de coefficients de pondération. Cette enquête est basée sur les réponses de 17 013 entreprises.

Le Laboratoire de données d’entreprise (LDE)

Notre Laboratoire de données d’entreprise (LDE) fournit des données et des renseignements en temps réel axés sur l’avenir aux entreprises de toutes tailles, de tous les secteurs et de toutes les régions du pays. Le LDE compile des données provenant de différentes sources pour suivre l’évolution des conditions du marché, fournissant aux entreprises canadiennes des données essentielles pour les aider à prendre de meilleures décisions et à améliorer leur rendement. En savoir plus.