Blog Nov 04, 2021

Comment le ministre de l’immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté peut soutenir une reprise et une croissance inclusives


Partout, les Canadiens souhaitent oublier la pandémie et découvrir ce que l’avenir leur réserve. Une croissance économique forte et soutenue est essentielle pour que notre pays ne se contente pas de retrouver la situation qui prévalait avant le début de la pandémie et de réduire l’écart avec nos concurrents mondiaux. Véritables moteurs de la création d’emplois dans tout le pays, les entreprises sont prêtes à travailler avec le gouvernement et les parlementaires pour faire progresser les mesures nécessaires à la croissance.

L’immigration joue un rôle central dans la reprise et la croissance inclusive du Canada, ajoutant à la diversité des communautés à travers le pays et dans toutes les industries. Compte tenu du vieillissement de la population et du faible taux de natalité du pays, ainsi que des postes vacants et de l’inadéquation des compétences sur le marché du travail canadien, les néo-Canadiens, y compris les étudiants étrangers et les travailleurs étrangers temporaires, constituent une source importante de talents, à court et à long terme.

Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté devrait :

  • S’engager dans une analyse solide du marché du travail, tant du côté de l’offre que de la demande, afin de mieux comprendre les besoins du marché du travail à travers le pays et d’améliorer les niveaux de planification des immigrants.
  • Continuer à décentraliser le processus de sélection des immigrants et soutenir les solutions locales élaborées par les communautés pour répondre à leurs besoins en main-d’œuvre.  
  • Moderniser le programme des travailleurs étrangers temporaires, en mettant l’accent sur la mise en œuvre d’un programme d’employeurs de confiance.
  • Faciliter et élargir les voies d’accès à la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires et les étudiants internationaux.
  • Accélérer et réduire la complexité de la reconnaissance des qualifications étrangères. 
  • Travailler avec le ministre des Transports et le ministre de la Santé pour mettre en œuvre un titre de santé numérique interopérable. Ces titres devraient être interopérables au-delà des frontières provinciales et favoriser la mobilité internationale.

Pour lire les 21 lettres aux ministres, cliquez ici.