Communiqué de presse Avr 07, 2022

La Chambre de commerce du Canada : Un budget fédéral à géométrie variable


(OTTAWA) —Le 7 avril 2022 — Le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada, Perrin Beatty, a publié aujourd’hui la déclaration suivante en réaction au budget 2022 du gouvernement fédéral. 

« Les entreprises canadiennes viennent de vivre deux années sans précédent, caractérisées par plusieurs vagues d’une pandémie, une inflation qui a atteint son plus haut niveau en trente ans, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, des événements météorologiques extrêmes et des tensions géopolitiques. Dans ce contexte, il n’a jamais été aussi important pour le gouvernement fédéral de miser sur la croissance économique. 

Cette croissance économique doit être menée par le secteur privé. Bien que nos finances publiques aient été favorisées par des taux d’inflation et des prix de l’énergie plus élevés ainsi que par des taux d’intérêt bas, nous ne pouvons pas emprunter ou compter sur l’inflation pour assurer notre prospérité. Les dépenses fédérales doivent être à la fois responsables sur le plan fiscal et être affectées aux domaines où elles peuvent générer de véritables retombées économiques. Pour stimuler la croissance économique, il est impératif de faire appel à tous les outils à notre disposition, y compris les politiques fiscales, réglementaires, du travail et de l’infrastructure, afin d’attirer les investissements du secteur privé.   

Le gouvernement a présenté un programme ambitieux dans le budget 2022. Il sera maintenant essentiel de travailler en collaboration avec le monde des affaires pour s’assurer que les mesures annoncées sont mises en œuvre de manière à soutenir la croissance économique.

Bon nombre d’éléments annoncés dans le budget seront des mesures bien accueillies par les entreprises canadiennes. Parmi celles-ci, citons :

  • Éliminer l’accès au taux d’imposition des petites entreprises de façon plus graduelle. L’accès sera complètement éliminé lorsque le capital imposable atteint 50 millions de dollars, plutôt que 15 millions.
  • Des investissements dans l’industrie des minéraux critiques pour soutenir le développement complet des chaînes d’approvisionnement, de l’extraction au traitement et au recyclage.
  • Différentes mesures pour soutenir la transition vers la carboneutralité, y compris l’introduction d’un crédit d’impôt pour la capture, l’utilisation et le stockage du carbone, des mesures incitatives pour les véhicules à zéro émission, et des crédits d’impôt à l’investissement pour les technologies carboneutres.
  • Le financement d’un programme d’employeurs de confiance pour les travailleurs étrangers temporaires qui permettra de remédier aux pénuries de main-d’œuvre.
  • Un soutien pour tirer parti des possibilités offertes par le secteur du cannabis légal.

Malheureusement, plusieurs éléments risquent de freiner les investissements et la croissance économique dont nous avons tant besoin :

  • L’absence d’allègement de la dette des entreprises qui ont eu recours à des programmes de soutien gouvernementaux comme le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes.
  • Un manque d’intérêt pour les mesures de soutien à la cybersécurité directement destinées au secteur privé.
  • Un examen partiel du système fiscal plutôt qu’un examen complet, notamment en raison de la mise en œuvre de mesures supplémentaires sur une base sectorielle pour les institutions financières et les services numériques.

La Chambre de commerce du Canada entend poursuivre sa collaboration avec le gouvernement dans le cadre de divers processus consultatifs et obtenir plus de précisions sur des mesures comme celles-ci :

  • L’élaboration du programme national d’assurance médicaments.
  • La mise à jour de la Loi sur la concurrence.
  • Un examen du cadre législatif du secteur financier, notamment en ce qui concerne les devises numériques.
  • La mise à jour du crédit d’impôt pour la RS&DE.
  • L’examen de la politique de défense et l’assurance que l’accent est mis sur le renforcement des chaînes d’approvisionnement des industries de défense canadiennes.
  • La création du Fonds de croissance du Canada et d’une agence canadienne d’innovation et d’investissement pour s’assurer qu’ils jouent un rôle complémentaire aux programmes existants.

L’écart entre le potentiel du Canada et notre rendement continue de se creuser. Il n’a jamais été aussi important pour le gouvernement de considérer les entreprises canadiennes comme un partenaire faisant partie de la solution, et non du problème. Nos concurrents se préoccupent directement de la façon dont ils peuvent attirer les investissements et assurer leur croissance. Nous devons nous aussi en faire une priorité absolue. »

À propos de la Chambre de commerce du Canada — L’avenir de la réussite en affaires

La Chambre de commerce du Canada est le réseau d’affaires le plus important et le plus dynamique du Canada. Elle représente 450 chambres de commerce et plus de 200 000 entreprises de toutes tailles, de tous les secteurs de l’économie et de toutes les régions du pays pour créer les conditions de notre réussite collective. La Chambre de commerce du Canada est l’ambassadeur incontesté et le catalyseur de l’avenir de la réussite en affaires. Qu’il s’agisse de travailler avec le gouvernement sur des politiques favorables à l’économie ou de fournir des services qui façonnent le commerce et facilitent les échanges, nous donnons à nos membres plus de ce dont ils ont besoin pour réussir : des informations sur les marchés, les concurrents et les tendances, une influence sur les décisions et les politiques qui favorisent la réussite en affaires et l’impact sur les performances commerciales et économiques. 

– 30 –

Responsable

Phil Taylor
Chambre de commerce du Canada
Courriel : ptaylor@chamber.ca (pour une réponse rapide)