Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada

La Chambre de commerce du Canada a pour mission de préparer l’avenir de la réussite en affaires. Pour faire bouger les choses en matière de politiques publiques avant-gardistes, le Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de Commerce du Canada constitue notre plateforme pour intégrer ces sujets dans le débat public.

Pour faire avancer le travail du Centre de l’avenir des affaires, la Chambre de commerce du Canada engage des chercheurs externes pour compléter les connaissances de ses membres. Les rapports rédigés par nos chercheurs, auxquels s’ajouteront les avis de nos conseils consultatifs, constitueront la pierre angulaire des travaux du Centre.

Les rapports du Centre sont produits par des chercheurs externes, de manière indépendante, sans lien avec le processus du comité d’orientation de la Chambre de commerce du Canada, fondé sur le consensus. Les opinions exprimées dans ces rapports sont celles des chercheurs.

L’avenir de la politique de concurrence

Alors que les décideurs politiques du monde entier envisagent de réformer les règles de leur politique de concurrence pour répondre à l’augmentation de l’activité économique et de la consommation dans les formats numériques, la Loi sur la concurrence au Canada fera l’objet d’un examen et vraisemblablement de changements. Ce projet du Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada donnera un aperçu de la future politique de concurrence dont notre pays a besoin pour soutenir la croissance économique. Le chercheur associé au projet sur la concurrence est John Pecman.

À propos de notre chercheur

John Pecman, chercheur, Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada

John est un économiste titulaire d’une maîtrise de l’Université McMaster et a travaillé au Bureau de la concurrence en tant qu’enquêteur, gestionnaire et cadre pendant plus de 34 ans. Il a travaillé dans toutes les directions responsables de l’application de la loi au Bureau et a occupé des postes à responsabilité croissante depuis son arrivée dans l’organisation en 1984. En juin 2013, John a accepté le poste de commissaire de la concurrence du Bureau de la concurrence du Canada pour un mandat de cinq ans. Sous la direction de John, les mesures d’application de la loi du Bureau ont préservé la concurrence et favorisé l’innovation dans divers secteurs importants de l’économie canadienne, notamment l’automobile, la fabrication, le commerce électronique, les télécommunications et le commerce de détail. John a été le maître d’œuvre de la revitalisation du rôle du Bureau dans la défense des intérêts des Canadiens en faisant valoir les avantages d’une concurrence accrue dans les secteurs réglementés de l’économie. La philosophie de John, qui consiste à rendre le Bureau plus ouvert, plus transparent et plus collaboratif, a donné lieu à de nombreuses initiatives, notamment un réalignement de l’organisation, la priorisation des programmes de conformité des entreprises et l’établissement de nombreuses relations de confiance avec des partenaires nationaux et internationaux. John a occupé des postes de direction au sein du Comité de la concurrence de l’OCDE et du Réseau international de la concurrence (RIC) et a également assuré la liaison entre le RIC et l’OCDE pour garantir la coordination des travaux de ces organismes internationaux. Aujourd’hui, John exerce plusieurs fonctions, notamment celle de conseiller non gouvernemental (NGA) auprès du RIC, de chercheur principal à l’Institut C.D. Howe, de vice-président du comité des commentaires et des politiques des États-Unis à la section antitrust de l’American Bar Association, ainsi que de professeur de l’industrie TMX à la DeGroote Business School de l’Université McMaster. John est également un consultant principal en administration des affaires au sein du groupe Antitrust, concurrence et commercialisation de Fasken.

Notre conseil consultatif

Pinar Akman

Pinar Akman est un professeur de droit spécialisé dans le droit de la concurrence à l’Université de Leeds, où elle est également directrice du Centre d’excellence Jean Monnet sur la gouvernance numérique. Elle a publié de nombreux ouvrages dans le domaine du droit et de l’économie de la concurrence, notamment sur les abus de position dominante, les ententes verticales restrictives et la concurrence sur les marchés numériques. Elle a notamment publié la monographie The Concept of Abuse in EU Competition Law : Law and Economics Approaches, ainsi que de nombreuses publications évaluées par des pairs. Elle a reçu le prix Philip Leverhulme (Leverhulme Trust) pour ses recherches sur le droit de la concurrence dans l’économie numérique. Elle a présenté ses recherches dans plus de 20 pays du monde entier et a conseillé ou apporté son expertise à de nombreuses organisations, dont le FMI, le Parlement européen, la Chambre des Lords, la Federal Trade Commission et le Forum économique mondial. Elle siège notamment au comité scientifique du programme de Florence sur la concurrence (Institut universitaire européen), au conseil consultatif de Computational Antitrust à CodeX (Stanford) et au comité de rédaction de World Competition. Elle est conseillère non gouvernementale nommée par le Royaume-Uni et par la Turquie au sein du Réseau international de la concurrence.

Anita Banicevic

Anita Banicevic est une associée du groupe de pratique Concurrence et examen des investissements étrangers chez BLG. Elle conseille des clients nationaux et internationaux sur de nombreux aspects du droit canadien de la concurrence et de l’examen des investissements étrangers, notamment les fusions, les enquêtes criminelles et civiles, la publicité trompeuse et d’autres questions de prix, de distribution et de conformité générale. Anita a conseillé des clients dans de nombreux secteurs, notamment les compagnies aériennes, les matériaux de construction, les produits de consommation, les institutions financières, les ressources naturelles, les produits pharmaceutiques, l’immobilier, le commerce de détail et les transports. Elle a obtenu les autorisations de la Loi sur la concurrence et de la Loi sur Investissement Canada pour de nombreuses transactions impliquant des entreprises nationales et internationales. Anita a également représenté des clients dans le cadre de plusieurs enquêtes sur l’abus de position dominante et la fixation des prix par le Bureau de la concurrence. Elle a de l’expérience dans le domaine des contestations de procédures, des résolutions négociées et, le cas échéant, des accords d’immunité ou de clémence. Anita est actuellement membre de la Section nationale du droit de la concurrence de l’Association du Barreau canadien (ABC), coprésidente de la Section du droit antitrust sur la conformité et l’éthique de l’American Bar Association et a été présidente de la conférence d’automne de l’ABC sur le droit de la concurrence. Elle est également conseillère non gouvernementale auprès du Réseau international de la concurrence, une organisation d’autorités internationales de droit de la concurrence qui se consacre à l’amélioration de la coopération et de la convergence mondiales.

Hilary Jennings

Hilary Jennings est une conseillère indépendante en matière de concurrence et de réglementation et membre du conseil d’administration du UK Regulatory Policy Committee. Son travail consiste principalement à fournir des conseils sur les meilleures pratiques aux autorités de la concurrence et aux ministères sur les politiques de concurrence, de réglementation et d’accès au marché au Royaume-Uni, dans l’UE et sur les marchés des économies émergentes, et à travailler avec des organisations telles que l’OCDE, la Banque mondiale et la Commission européenne. Elle est également conseillère spéciale en matière de concurrence pour le projet de coopération UE-Asie de la DG Concurrence avec l’ANASE, la Chine, l’Inde, le Japon et la Corée et directrice de stage pour le nouveau projet de coopération Afrique-UE en matière de concurrence de la DG Concurrence. Elle a précédemment occupé des postes de direction à l’OCDE et à l’Office of Fair Trading du Royaume-Uni, ainsi que dans le secteur privé. Elle est titulaire d’une maîtrise en droit européen de la concurrence et en droit commercial international du King’s College de Londres.

Paul Johnson

Paul A. Johnson, PhD, compte plus de 20 ans d’expérience en économie de la concurrence. L’expérience de M. Johnson englobe un large éventail d’industries et tous les domaines de l’économie de la concurrence, y compris les fusions et acquisitions, les pratiques monopolistiques, les cartels, les pratiques commerciales trompeuses, la certification de groupe et le calcul des dommages. Il est actuellement le propriétaire de Rideau Economics, situé à Ottawa.

De 2016 à 2019, M. Johnson a occupé pendant trois ans le poste d’économiste en chef au Bureau de la concurrence, où il a collaboré avec des équipes chargées des dossiers, travaillé à des projets spéciaux, s’est engagé directement auprès des intervenants et a conseillé le commissaire de la concurrence sur toutes les questions antitrust importantes. Il a été l’un des principaux contributeurs aux efforts de sensibilisation du Bureau sur les questions de concurrence émergentes liées aux mégadonnées. Avant de fonder Rideau Economics, M. Johnson était associé dans le domaine du droit antitrust chez Bates White Economic Consulting à Washington, DC. Chez Bates White, il a travaillé sur des litiges civils antitrust et sur des fusions très médiatisées devant les agences antitrust américaines et européennes dans de nombreux secteurs. M. Johnson est titulaire d’un doctorat en économie de l’Université de Montréal et d’un baccalauréat en économie de l’Université de Caroline du Nord. Il est bilingue en français et en anglais et peut offrir son expertise une langue ou dans l’autre.

Eric Miller

Eric Miller est président de Rideau Potomac Strategy Group, un cabinet-conseil qui prodigue des conseils aux clients des secteurs privé et public sur des questions commerciales et d’affaires. M. Miller travaille avec ses clients sur les défis de la politique commerciale et économique, le développement des marchés, la résolution des problèmes de chaîne d’approvisionnement et de réglementation, l’amélioration de leurs relations gouvernementales, la compréhension des tendances technologiques et la navigation dans les développements géopolitiques. M. Miller siège actuellement au comité consultatif externe sur la politique commerciale internationale auprès du sous-ministre du Commerce international du Canada. Il a également été pendant trois ans conseiller principal de l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges et a dirigé l’élaboration et la mise en œuvre de projets de l’Alliance en Asie du Sud et du Sud-Est, notamment au Vietnam, en Inde et au Sri Lanka.

Il a précédemment occupé le poste de vice-président pour l’Amérique du Nord et la cybersécurité au Conseil canadien des affaires, qui représente les chefs d’entreprise des 150 plus grandes sociétés du pays. Avant de rejoindre le Conseil en 2013, M. Miller a représenté le ministère de l’Industrie du Canada à l’ambassade du Canada à Washington, DC.

M. Miller possède une vaste expérience internationale, ayant conseillé plus de 40 gouvernements en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes en matière de commerce, de transport et de politiques économiques. Au cours de sa carrière, il a travaillé à l’élaboration de six accords de libre-échange. Il est associé mondial au Woodrow Wilson Center à Washington et associé à l’Institut canadien des affaires mondiales à Ottawa. Il a été publié ou interviewé par de nombreux médias de premier plan, dont le Wall Street Journal, le Financial Times, BBC News, The Guardian, Bloomberg et The Globe and Mail.

Jorge Padilla

Jorge Padilla a obtenu une maîtrise et un doctorat de philosophie en sciences économiques à l’université d’Oxford. Il est chercheur au Centro de Estudios Monetarios y Financieros (CEMFI, Madrid) et enseigne l’économie de la concurrence à l’École supérieure d’économie de Barcelone (BGSE) et à l’École supérieure d’économie de Toulouse (TSE).

Il a témoigné en tant qu’expert devant les autorités de la concurrence et les tribunaux de plusieurs États membres de l’UE, ainsi que dans des affaires portées devant la Commission européenne. Jorge a présenté des témoignages écrits au Tribunal européen et au Competition Appeals Tribunal du Royaume-Uni dans des affaires de cartel, de contrôle des fusions et d’abus de position dominante. Il a également témoigné en tant qu’expert dans divers litiges civils (dommages et intérêts), des affaires d’arbitrage international et des affaires de concurrence dans des juridictions non européennes (Afrique du Sud, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chili, Chine, Colombie, Inde, Israël, Jamaïque, Singapour, Turquie et États-Unis).

Jorge Padilla a rédigé de nombreux articles sur la politique de concurrence et l’organisation industrielle dans l’Antitrust Bulletin, l’Antitrust Law Journal, l’Economic Journal, l’European Competition Journal, l’European Competition Law Review, le Fordham International Law Journal, Industrial and Corporate Change, l’International Journal of Industrial Organization, le Journal of Competition Law and Economics, le Journal of Economics and Management Strategy, le Journal of Economic Theory, le RAND Journal of Economics, la Review of Financial Studies, la University of Chicago Law Review et World Competition. Il est également co-auteur de The Law and Economics of Article 102 TFEU, 3e édition, Hart Publishing, 2020.

Tom Ross

Tom Ross est le professeur de la Fondation UPS en réglementation et politique de la concurrence à la Sauder School of Business de l’Université de la Colombie-Britannique. Il est également directeur du Phelps Centre for the Study of Government and Business à la Sauder School. Économiste, il a obtenu son baccalauréat à l’Université Western Ontario, son doctorat à l’Université de Pennsylvanie et a travaillé à l’Université de Chicago et à l’Université Carleton avant de s’installer à l’Université de la Colombie-Britannique. Ses recherches dans les domaines de la politique de la concurrence, de l’organisation industrielle, des partenariats public-privé et de l’économie expérimentale ont été publiées dans un certain nombre de revues savantes. M. Ross a également été consultant pour un certain nombre d’organisations des secteurs public et privé.

Daniel Sokol

Daniel Sokol, Ph. D., est titulaire de la chaire Carolyn Craig Franklin en droit et affaires à la Gould School of Law de l’USC et professeur affilié à la Marshall School of Business, où il enseigne dans le département de marketing. Il est directeur de la faculté du Center for Transnational Law and Business et co-directeur de l’USC Marshall Initiative on Digital Competition. De plus, il est conseiller principal à temps partiel chez White & Case LLP.

M. Sokol figure parmi les dix professeurs de droit antitrust les plus cités au cours des cinq dernières années. Il concentre son enseignement et sa recherche sur les questions commerciales complexes, des entreprises en phase de démarrage aux entreprises multinationales, ainsi que sur les problèmes auxquels les entreprises sont confrontées en matière de concurrence : antitrust, violations de données, gouvernance d’entreprise, conformité, innovation, fusions-acquisitions, transformation numérique et réglementation commerciale mondiale.

Il est membre de l’American Law Institute. Il est également conseiller académique auprès de la Chambre de commerce des États-Unis et conseiller non gouvernemental auprès du Réseau international de la concurrence. Ses travaux ont été publiés dans une variété de journaux : Strategic Management Journal, Journal of Law and Economics, Harvard Business Review, Sloan Management Review, Michigan Law Review and Northwestern Law Review, entre autres.

Lutter contre l’économie parallèle

Le Canada est confronté à des défis importants liés à la persistance de l’économie parallèle qui touche toute une série de produits de consommation. L’économie parallèle pose de véritables défis au Canada. Les produits de contrefaçon présentent des risques pour la sécurité des consommateurs et la réputation des marques, et les produits de contrebande posent des défis en minant notre assiette fiscale et la sécurité des Canadiens. Le Centre de l’avenir des affaires produira un rapport sur les principaux moteurs de l’économie parallèle, ainsi que des recommandations stratégiques pour s’attaquer au problème d’un point de vue multisectoriel.

À propos de notre chercheur

Anindya Sen, chercheur, Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada

Anindya Sen est professeur d’économie, directeur associé du Cybersecurity & Privacy Institute et directeur à la maîtrise en service public de l’Université de Waterloo.  Avant de travailler à l’Université de Waterloo, le professeur Sen a travaillé comme économiste au Bureau de la concurrence d’Industrie Canada. Ses champs d’intérêt en matière de recherche sont l’économie des politiques publiques, et plus particulièrement l’estimation des effets statistiques de l’intervention gouvernementale et des structures de marché imparfaitement concurrentielles. À cet égard, il a publié des travaux de recherche sur la relation entre la concentration du marché et les prix de l’essence, les répercussions d’une hausse des taxes sur les cigarettes sur le tabagisme et les ventes de contrebande, les effets d’une hausse du salaire minimum sur l’emploi et la pauvreté, et les conséquences des programmes d’incitation sur la consommation d’électricité.

Notre conseil consultatif

Mitchell Davidson

Mitchell Davidson est le chef de cabinet d’iGaming Ontario, l’organisation provinciale créée pour diriger et gérer le marché des jeux de hasard en ligne nouvellement légalisé dans la province. Mitchell a précédemment occupé le poste de directeur général de l’Institut de politique publique et d’économie de StrategyCorp, une entreprise conçue pour contribuer au leadership éclairé sur les questions importantes de politique publique en Ontario et au Canada. Avant cela, Mitchell a travaillé dans le domaine de la politique en Ontario pendant près de six ans, rédigeant les deux récentes plateformes du Parti conservateur de l’Ontario et occupant le poste de directeur général des politiques auprès du premier ministre de l’Ontario. Mitchell est également chargé de cours au programme de maîtrise de la fonction publique de l’Université de Waterloo, Global Fellow au Wilson Center’s Canada Institute et conseiller expert au Leadership Lab de la Toronto Metropolitan University. Mitchell est originaire d’Oro-Medonte, en Ontario, et est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en sciences politiques de l’Université Western Ontario.

 

Laura Dawson

En tant que directrice générale de la Future Borders Coalition, Laura Dawson travaille avec une coalition binationale de leaders de l’industrie du voyage et du commerce afin de fournir des recommandations consensuelles et des conclusions fondées sur des preuves aux régulateurs et aux décideurs politiques. Avant de rejoindre la FBC, Mme Dawson a dirigé le bureau nord-américain de l’Institut Amazon Web Services (AWS) afin de faciliter la transformation numérique du secteur public. Parmi ses autres postes importants, elle a été directrice du Canada Institute au Wilson Center à Washington, D.C., fondatrice de Dawson Strategic et conseillère économique principale à l’ambassade des États-Unis au Canada. Mme Dawson fait partie du corps enseignant du programme de maîtrise en politique publique de l’Université McGill à Montréal et est membre du conseil d’administration de l’Institut canadien des affaires mondiales. De plus, Mme Dawson a coprésidé le comité de sélection du Fonds Nouvelles frontières de la recherche 2021 du gouvernement du Canada et a été nommée Personnalité distinguée de 2020 par l’Association des affaires publiques du Canada. Mme Dawson est titulaire d’un doctorat en sciences politiques de l’Université Carleton.

 

Jamie Ferrill

Jamie Ferrill est responsable de la discipline des études sur la criminalité financière et professeure dans cette même discipline à l’Australian Graduate School of Policing and Security de l’Université Charles Sturt. Elle compte près de dix ans d’expérience dans le domaine de l’application de la loi, ayant travaillé pour l’Agence des services frontaliers du Canada avant d’entamer une carrière dans le monde universitaire. Jamie est titulaire d’un doctorat en comportement organisationnel de l’université de Loughborough (Royaume-Uni), d’une maîtrise en leadership de la sécurité intérieure de l’université du Connecticut et d’une licence en justice pénale de l’université Mount Royal (Canada). Sociologue politique, Jamie effectue des recherches sur les menaces pesant sur la sécurité nationale et économique. Ses travaux portent sur le rôle des facteurs humains et de l’idéologie dans les processus organisationnels, ainsi que dans la coopération et la collaboration transnationales.

 

Omar Khan

Professionnel chevronné de l’industrie du cannabis, Omar a rejoint High Tide après avoir travaillé pour l’une des plus grandes entreprises mondiales de communication, où il était responsable national du secteur du cannabis. Au cours de son mandat, Omar a travaillé avec plusieurs producteurs et détaillants de cannabis autorisés, ainsi qu’avec des entreprises impliquées dans l’espace auxiliaire du cannabis, afin d’influencer les changements de politique publique et de renforcer le profil des entreprises. Il possède près de 20 ans d’expérience en tant que stratège politique et en communication dans le domaine de la politique fédérale et provinciale au Canada. Il a notamment été chef de cabinet de plusieurs ministres ontariens, dont le ministre de la Santé et des Soins de longue durée, le ministre du Développement économique et du Commerce et le ministre des Services gouvernementaux. Fort d’une expérience diversifiée en matière de politiques dans les domaines des soins de santé, de l’économie, des affaires réglementaires et des relations de travail, Omar a fait ses preuves en élaborant des propositions de politiques complexes, en créant des coalitions d’intervenants et en dirigeant et exécutant des plans de communication.

 

Maureen Maloney

Maureen Maloney a rejoint l’École de politique publique de l’Université Simon Fraser en tant que professeure en 2010. La professeure Maloney était auparavant titulaire de la chaire de droit et de politique publique et directrice de l’Institute for Dispute Resolution à l’Université de Victoria entre 2000 et 2010. Elle est revenue à l’Université de Victoria après avoir été sous-ministre auprès du procureur général (1993 à 2000) et procureure générale adjointe (1997 à 2000) de la province de la Colombie-Britannique. La professeure Maloney participe depuis longtemps à des projets de gouvernance internationale, de résolution de conflits et de droits de l’homme en Asie du Sud-Est, en Irak, en Chine, au Brésil, au Guatemala et en Afrique du Sud. Elle est membre du conseil d’administration de la Commission internationale de juristes (section canadienne) et membre du comité d’éducation et de formation de la Foundation for International Commercial Arbitration and Alternative Dispute Resolution (La Haye). Elle est depuis peu membre du conseil d’administration de la Fondation canadienne des droits de la personne et du Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale. Elle a également été membre du Tribunal canadien des droits de la personne, basé à Ottawa.

 

Matthew Torigian

Matt Torigian est un chef de file international dans le domaine du maintien de l’ordre et de la sécurité. Au cours de ses 35 années de carrière, il a touché à tous les aspects de la sécurité communautaire, ayant été solliciteur général adjoint de l’Ontario et chef de police du service de police régional de Waterloo. En tant que membre distingué de la Munk School of Global Affairs and Public Policy, Matt dirige une initiative mondiale de maintien de l’ordre, fournissant des conseils et de l’aide aux responsables gouvernementaux des États-Unis, de l’Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et de l’Amérique latine, de l’Europe, de l’Afrique et des Caraïbes sur une série de questions difficiles en matière de justice pénale. De plus, en tant que directeur de la stratégie de Niche Technology, Matt rend compte directement au PDG des besoins futurs des responsables de la police dans le monde entier. Matt est un auteur publié et détient une maîtrise en administration publique de l’Université Western et un baccalauréat ès arts en sciences politiques de l’Université Wilfrid Laurier. Il est diplômé de l’Académie nationale du FBI à Quantico, en Virginie, et du FBI National Executive Institute, et a été investi comme officier de l’Ordre du mérite des forces de police en 2012.

Sign Up for Our Newsletter

Sign Up to receive the latest news from the Canadian Chamber of Commerce