Un déficit de données : le risque de se tromper