Communiqué de presse Nov 03, 2021

Les débats tenus lors du Congrès annuel de la Chambre de commerce du Canada jettent un regard unique sur l’état d’esprit des entreprises et les véritables enjeux auxquels elles font face


(OTTAWA) – Le 2 novembre 2021 – La semaine dernière, des centaines de chefs d’entreprise de chambres de commerce locales de tout le pays se sont réunis pour proposer, débattre et adopter des politiques à l’appui de leurs membres : près de 200 000 entreprises canadiennes de toutes tailles dans les grandes et petites villes du pays.

En tout, près de 700 chefs d’entreprise et dirigeants de chambres locales se sont réunis pour donner un aperçu unique de l’état d’esprit des entrepreneurs canadiens et des enjeux les plus importants pour eux.  

« Distiller les aspirations et les préoccupations de près de 200 000 entreprises à travers le Canada peut s’avérer une entreprise difficile, mais cette année, nos membres se sont concentrés sur les problèmes quotidiens des entreprises. Ce qui les empêche de dormir, c’est la pénurie de main-d’œuvre, leur santé financière après quatre confinements, une fiscalité qui soutient la croissance plutôt que de la limiter, et la façon simplifier la transition vers la carboneutralité et la rendre plus efficace, » a indiqué Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada.

Le Congrès annuel de la Chambre de commerce du Canada est l’un des plus grands rassemblements de chefs d’entreprise au Canada.  Au total, 56 nouvelles politiques ont été adoptées au cours de deux jours de débats entre les 27 et 28 octobre. Les propositions adoptées constitueront le cœur des efforts de représentation de la Chambre de commerce du Canada auprès du gouvernement fédéral en 2022.

En ce qui concerne les défis du Canada en matière de main-d’œuvre, M. Parag Khanna, fondateur de FutureMap et expert reconnu en géopolitique et en mondialisation, a prononcé une allocution devant les délégués sur la concurrence à venir pour les talents, qui sera accélérée et exacerbée par le changement climatique. M. Khanna a fait remarquer que les pays qui privilégient l’immigration seront les grands gagnants du XXIe siècle, car la course mondiale aux talents touchera tous les secteurs et tous les échelons de la chaîne de valeur. Il estime que le Canada sait attirer les talents à l’échelle mondiale et que nous avons déjà une bonne réputation en tant que destination d’immigration. Pour visionner l’allocution de M. Khanna, cliquez ici.

Dans une discussion avec l’honorable Chrystia Freeland, ministre des Finances et vice-première ministre du Canada, M. Beatty et la ministre Freeland ont discuté des rôles distincts des entreprises et du gouvernement dans la relance, et de l’importance cruciale d’un secteur privé dynamique.

Sur les questions de la compétitivité fiscale, de la reprise après la COVID-19 et de la carboneutralité, les thèmes centraux des débats et des discussions plus larges au sein des groupes d’experts ont été résumés dans le discours de clôture de M. Beatty

« Jour après jour, il devient de plus en plus évident que la reprise sera, et doit même, être menée par le secteur privé. Nous ne pouvons pas emprunter pour atteindre la prospérité et nous ne devons pas confondre dépenses publiques et croissance économique. Nous devons prendre la croissance très au sérieux si nous voulons espérer rembourser notre énorme dette liée à la pandémie et faire face aux coûts à venir du changement climatique. Les finances publiques étant mises à rude épreuve, la croissance des entreprises qui embaucheront ensuite davantage de Canadiens est la seule voie vers une véritable relance et une croissance économique durable, » a conclu M. Beatty.

Le Congrès a également été le théâtre d’une série de tables rondes sur des sujets qui sont au cœur des préoccupations des petites entreprises.

Alla Drigola Birk, directrice, Affaires parlementaires et politique des PME, a animé un panel intitulé Relancer les petites entreprises a fait remarquer que « les petites entreprises continuent de fonctionner dans deux réalités simultanément. D’une part, elles subissent encore les effets de la pandémie ou, dans certains cas, les restrictions de santé publique en cours. D’autre part, elles tentent de réimaginer leurs activités en fonction d’une nouvelle normalité qui n’est pas encore tout à fait arrivée. Le fonctionnement en mode hybride est bien enraciné, et le prochain défi pour les petites entreprises est de trouver comment faire en sorte que leurs modèles commerciaux s’intègrent avec succès dans la nouvelle normalité tout en continuant à attirer de nouveaux clients. »

Une table ronde sur la numérisation des petites entreprises a été animée par Ulrike Bahr-Gedalia, directrice principale de l’économie numérique, de la technologie et de l’innovation, qui a constaté que « lorsque ces petites entreprises s’orientent vers une numérisation accrue, leur parcours numérique n’est pas très différent de celui des grandes organisations. Bien qu’elles puissent être confrontées à des défis différents ou les affronter différemment, il existe de nombreuses similitudes avec leurs homologues de plus grande taille, et en fait, avec leurs homologues du monde entier. Tous ressentent la pénurie de talents et la plupart ne sont pas étrangers aux incidents liés à la cybersécurité. »

Leah Nord, directrice principale des stratégies en matière de main-d’œuvre et de croissance inclusive, a présenté un panel intitulé Assurer une reprise inclusive, dont les principaux thèmes étaient « l’impact combiné du changement social et de la pénurie aiguë de main-d’œuvre qui ont accéléré l’avancement des politiques de diversité et d’inclusion dans les entreprises de toutes tailles. La plupart des entreprises constatent qu’il s’agit d’un véritable marathon, et le fait d’être réaliste quant au point de départ de votre entreprise peut vous aider à mobiliser vos employés, qui sont probablement votre ressource la plus précieuse, tant d’un point de vue commercial que pour rendre votre culture d’entreprise plus accueillante. »

Un panel sur le thème de la Nouvelle normalité a été animé par Mark Agnew, vice-président principal, politique et relations gouvernementales. Il a noté que « nous sommes à une époque de grands changements alors que les entreprises de toutes tailles tentent de comprendre comment passer à la nouvelle normalité. Les entreprises doivent s’assurer que leur personnel est prêt à collaborer et que les employés se sentent en sécurité lorsqu’ils retournent au bureau, tout en gérant les perturbations de la chaîne d’approvisionnement comme l’augmentation des coûts d’expédition. »

Pour plus d’informations sur les priorités politiques de la Chambre de commerce du Canada, cliquez ici.

À propos de la Chambre de commerce du Canada — Parce que les affaires sont importantes

La Chambre de commerce du Canada contribue au développement des entreprises qui soutiennent nos familles, nos communautés et notre pays. Nous y parvenons en influençant les politiques gouvernementales, en fournissant des services commerciaux essentiels et en mettant les entreprises en contact avec des données qu’elles peuvent utiliser, avec des possibilités de croissance et grâce à notre réseau de chambres locales, d’entreprises, de décideurs et d’homologues issus de partout au pays, dans tous les secteurs de l’économie et à tous les niveaux de gouvernement, ainsi qu’à l’échelle internationale. Nous apportons un soutien inébranlable aux entreprises et au rôle vital qu’elles jouent dans l’édification et le maintien de notre grand pays.

-30-

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :

Phil Taylor                              
ptaylor@chamber.ca

Emily Wash
ewalsh@chamber.ca