Communiqué de Presse Mai 13, 2021

Le secteur agricole représente une solution pour les objectifs du Canada en matière de climat, de données et d’exportations


(OTTAWA) – 13 mai 2021 – Les Canadiens ignorent souvent que les agriculteurs sont des experts en haute technologie ou en climatologie, mais les faits sont là : le secteur agricole et agroalimentaire est très novateur et de plus en plus reconnu comme un acteur de premier plan dans la lutte contre le changement climatique.

Face à cette situation, une coalition multisectorielle a été mise sur pied afin de promouvoir l’industrie canadienne à l’étranger et d’aider le secteur agricole et agroalimentaire canadien à mener la reprise économique du pays.

L’agriculture canadienne a de quoi faire parler d’elle. En moyenne à l’échelle mondiale, environ 23 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) proviennent de l’agriculture. Au Canada, l’agriculture représente un peu plus de 8 % de l’ensemble de nos émissions de GES. Les producteurs alimentaires canadiens sont parmi les plus verts au monde. De plus, le sol stocke une grande quantité de carbone et les gouvernements comptent sur les agriculteurs pour atteindre les objectifs de réduction des GES.

Toujours pas convaincu? Le secteur agricole et agroalimentaire n’a pas seulement réduit son empreinte carbone grâce à la technologie, mais aussi grâce au captage du carbone dans le sol. Bon nombre des aliments que vous mangez aujourd’hui ont peut-être été cultivés à l’aide de drones et de capteurs terrestres, qui permettent d’appliquer des traitements précis et d’obtenir des rendements plus élevés et plus efficaces au fil du temps.  Au début de la chaîne de valeur, les terres agricoles sont moissonnées par des tracteurs autonomes dotés de technologies GPS et radar. Ces mêmes technologies nous permettent d’utiliser les produits plus efficacement et de mieux gérer notre empreinte environnementale.

Des producteurs aux transformateurs et jusqu’à votre assiette, le secteur agricole et agroalimentaire est un exemple parfait d’innovation et de complexité des opérations qui exigent non seulement une connaissance approfondie de la gestion des terres et de meilleures pratiques en matière d’environnement, mais aussi une grande compétence dans l’utilisation de ces nouveaux outils. Ces nouveaux outils d’agriculture de précision permettent aux agriculteurs de produire plus tout en réduisant leur empreinte environnementale.

« Après les premiers jours de la pandémie, les Canadiens ont pris conscience de la fiabilité de notre chaîne d’approvisionnement alimentaire. Pendant un bref instant, les Canadiens et les politiciens n’ont pas tenu les agriculteurs pour acquis. Nous ne devrions pas devoir être confrontés à une crise comme celle de la COVID-19 pour reconnaître que les entreprises de la chaîne d’approvisionnement de notre secteur agricole national ne cessent d’approvisionner le Canada et le monde entier en denrées alimentaires, » affirme Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada.

Les entreprises canadiennes de ce secteur doivent faire face à des coûts parmi les plus élevés des pays du G7, en grande partie à cause du chevauchement incessant des réglementations fédérales, provinciales et régionales. Dans la plus récente Enquête canadienne sur la situation des entreprises, 26,6 % des propriétaires d’entreprises agricoles ont indiqué que les réglementations gouvernementales constituaient un obstacle important à leur survie.

« Le Canada doit moderniser son approche de la réglementation ou risquer d’entraver gravement le potentiel économique du secteur agricole et agroalimentaire, l’un de ses meilleurs exemples d’innovation commerciale. Nous avons besoin d’un environnement réglementaire qui est conséquent, prévisible, opportun et qui soutient l’innovation. Si le Canada veut un exemple concret d’atténuation du changement climatique et de mégadonnées, il n’a qu’à regarder du côté des fermes durables et intelligentes. Imaginez tout ce qu’elles pourraient accomplir si elles n’étaient pas soumises à des taxes et à des réglementations les menant au bord du gouffre, » poursuit M. Beatty.

Le secteur agricole et agroalimentaire du Canada a un impact considérable sur la vie des Canadiens, puisqu’il représente un emploi sur huit (2,3 millions de personnes) et contribue à hauteur de 143 milliards de dollars par an à notre économie (7,4 % du PIB). C’est pourquoi la Chambre de commerce du Canada a lancé la campagne du Réseau alimentaire canadien.

« La campagne du Réseau alimentaire canadien a pour but de soutenir les entreprises qui forment la chaîne alimentaire au Canada, qui veulent établir un système d’approvisionnement alimentaire plus sûr et plus écologique pour les Canadiens. Nous devons leur rendre la vie plus facile, sinon nous risquons de nous retrouver dans une situation où les choix alimentaires sont moins nombreux et moins sûrs, ce qui nous obligerait à dépendre d’aliments importés d’autres pays, » termine M. Beatty.

Pour plus de détails sur la campagne du Réseau alimentaire canadien, cliquez ici.

À propos de la Chambre de commerce du Canada — Parce que les affaires sont importantes

La Chambre de commerce du Canada contribue au développement des entreprises qui soutiennent nos familles, nos communautés et notre pays. Nous y parvenons en influençant la politique gouvernementale, en fournissant des services commerciaux essentiels et en mettant les entreprises en contact avec de l’information qu’elles peuvent utiliser, avec des possibilités de croissance et avec un réseau de chambres locales, d’entreprises, de décideurs et d’homologues de tout le pays, dans tous les secteurs de l’économie et à tous les niveaux de gouvernement, ainsi qu’au niveau international. Nous apportons un soutien inébranlable aux entreprises et au rôle vital qu’elles jouent dans l’édification et le maintien de notre grand pays.

-30-

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Phil Taylor
ptaylor@chamber.ca (méthode préférée et temps de réponse le plus rapide)