Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada

La Chambre de commerce du Canada a pour mission de préparer l’avenir de la réussite en affaires. Pour faire bouger les choses en matière de politiques publiques avant-gardistes, le Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de Commerce du Canada constitue notre plateforme pour intégrer ces sujets dans le débat public.

Pour faire avancer le travail du Centre de l’avenir des affaires, la Chambre de commerce du Canada engage des chercheurs externes pour compléter les connaissances de ses membres. Les rapports rédigés par nos chercheurs, auxquels s’ajouteront les avis de nos conseils consultatifs, constitueront la pierre angulaire des travaux du Centre.

Nous annoncerons sous peu les membres de notre conseil consultatif.

L’avenir de la politique de concurrence

Alors que les décideurs politiques du monde entier envisagent de réformer les règles de leur politique de concurrence pour répondre à l’augmentation de l’activité économique et de la consommation dans les formats numériques, la Loi sur la concurrence au Canada fera l’objet d’un examen et vraisemblablement de changements. Ce projet du Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada donnera un aperçu de la future politique de concurrence dont notre pays a besoin pour soutenir la croissance économique. Le chercheur associé au projet sur la concurrence est John Pecman.

À propos de notre chercheur

John Pecman, chercheur, Centre de l’avenir des affaires de la Chambre de commerce du Canada

John est un économiste titulaire d’une maîtrise de l’Université McMaster et a travaillé au Bureau de la concurrence en tant qu’enquêteur, gestionnaire et cadre pendant plus de 34 ans. Il a travaillé dans toutes les directions responsables de l’application de la loi au Bureau et a occupé des postes à responsabilité croissante depuis son arrivée dans l’organisation en 1984. En juin 2013, John a accepté le poste de commissaire de la concurrence du Bureau de la concurrence du Canada pour un mandat de cinq ans. Sous la direction de John, les mesures d’application de la loi du Bureau ont préservé la concurrence et favorisé l’innovation dans divers secteurs importants de l’économie canadienne, notamment l’automobile, la fabrication, le commerce électronique, les télécommunications et le commerce de détail. John a été le maître d’œuvre de la revitalisation du rôle du Bureau dans la défense des intérêts des Canadiens en faisant valoir les avantages d’une concurrence accrue dans les secteurs réglementés de l’économie. La philosophie de John, qui consiste à rendre le Bureau plus ouvert, plus transparent et plus collaboratif, a donné lieu à de nombreuses initiatives, notamment un réalignement de l’organisation, la priorisation des programmes de conformité des entreprises et l’établissement de nombreuses relations de confiance avec des partenaires nationaux et internationaux. John a occupé des postes de direction au sein du Comité de la concurrence de l’OCDE et du Réseau international de la concurrence (RIC) et a également assuré la liaison entre le RIC et l’OCDE pour garantir la coordination des travaux de ces organismes internationaux. Aujourd’hui, John exerce plusieurs fonctions, notamment celle de conseiller non gouvernemental (NGA) auprès du RIC, de chercheur principal à l’Institut C.D. Howe, de vice-président du comité des commentaires et des politiques des États-Unis à la section antitrust de l’American Bar Association, ainsi que de professeur de l’industrie TMX à la DeGroote Business School de l’Université McMaster. John est également un consultant principal en administration des affaires au sein du groupe Antitrust, concurrence et commercialisation de Fasken.