La cybersécurité. Dès. Maintenant.

Préparer l’avenir de la cybersécurité mondiale

Dans un monde de plus en plus interconnecté et numérique, accéléré par la pandémie, la cybersécurité est un sujet de plus en plus incontournable pour les Canadiens, le gouvernement et les entreprises. 

L’investissement dans la cybersécurité est essentiel pour stimuler la productivité et l’efficacité de l’économie canadienne. La protection de la vie privée et des données est essentielle dans notre économie moderne, où les Canadiens accèdent fréquemment à des services numériques, et alors que les risques sont plus élevés que jamais. Les Canadiens méritent des protections solides pour garantir la sécurité de leurs données personnelles.  

Les Canadiens peuvent être fiers du fait que notre pays dispose d’une base solide en matière de cybersécurité, et que plusieurs grandes entreprises mondiales ont élu domicile au Canada. Bien que le budget fédéral de 2021 prévoit des investissements importants dans la cybersécurité pour sécuriser l’infrastructure informatique du gouvernement, il ne contient aucun engagement spécifique pour aider les entreprises canadiennes à renforcer leurs mesures de cybersécurité. Parallèlement, nos concurrents les plus directs aux États-Unis, en Israël et au Royaume-Uni investissent des milliards.

L’OCDE a également tiré la sonnette d’alarme : alors que la majorité des pays de l’OCDE augmentent leurs investissements en R et D, avec en tête les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et la Corée, le Canada est l’un des rares pays où les investissements en R et D « stagnent ». Avec des investissements moindres en matière de cybersécurité, le Canada risque maintenant d’être laissé pour compte. 

Les petites et moyennes entreprises, en particulier, ont besoin d’une plus grande sensibilisation aux menaces en matière de cybersécurité, d’une protection et d’une formation pour utiliser l’ensemble des outils à leur disposition afin de protéger les Canadiens contre les cybercriminels. L’expertise en matière de cybersécurité devrait être soutenue afin de fournir la protection et la formation nécessaires. 

La cybersécurité fait partie d’un vaste écosystème numérique qui relie les communautés du Canada et du monde entier. En 2018, les 340 entreprises canadiennes de cybersécurité ont contribué à hauteur de 2,3 milliards de dollars au PIB du Canada et à 22 000 emplois hautement qualifiés et bien rémunérés. Pour continuer à soutenir l’innovation et à instaurer la confiance dans ce monde numérique, il faut une croissance continue de la capacité de cybersécurité. L’expansion numérique, accélérée par la COVID-19, a créé une excellente occasion de créer des emplois hautement qualifiés et bien rémunérés, d’accroître les exportations et de contribuer à la reprise économique du Canada. Ce moment pourrait ne jamais se reproduire. 

Le Canada est bien positionné en matière de cybersécurité, mais nos concurrents mondiaux évoluent rapidement. L’augmentation des investissements en cybersécurité profitera aux collectivités de tout le Canada, tant par la création d’emplois que par l’amélioration de l’accessibilité et de la protection de la cybersécurité au Canada.   

Voici comment le Canada peut jouer un rôle de chef de file dans l’avenir de la cybersécurité à l’échelle mondiale

Le gouvernement du Canada doit s’améliorer dans trois domaines principaux :

  1. Faire croître l’économie du pays en accélérant les démarches visant à établir la compétitivité de l’industrie de la cybersécurité du Canada.
  2. Protéger les infrastructures essentielles, les chaînes d’approvisionnement et les entreprises de toutes les tailles du Canada contre les cybermenaces dans une mesure comparable à ce que font les pairs du Canada au sein du G7.
  3. Renforcer les compétences du Canada au chapitre de la cybersécurité de même que les possibilités de carrière à cet égard en faisant de l’apprentissage en matière de cybersécurité ainsi que du perfectionnement des talents et du maintien en poste dans ce domaine une priorité nationale et en investissant dans des programmes qui diversifient et élargissent le bassin de main-d’œuvre dans ce secteur.

Il n’y a pas de temps à perdre. En effet, des données récentes en provenance de l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises révèlent que 1 organisme sur 5 a connu des incidents de cybersécurité en 2020. De ce nombre, 6,6 % ont connu davantage d’incidents en 2020 qu’en 2019. En outre, 1 organisme sur 4 a indiqué que l’adoption de technologies était « un peu difficile » ou « extrêmement difficile ».

Les Canadiens s’inquiètent eux aussi. Selon le Baromètre de confiance Edelman 2021, 65 % des Canadiens se disent préoccupés par le fait d’être victime d’une cyberattaque. Cette préoccupation occupe le second rang des préoccupations les plus importantes, après la peur de perdre son emploi (75 %). En fait, les cyberattaques sont même jugées plus préoccupantes que la COVID 19 (60 %) ou les changements climatiques (63 %). Cette préoccupation touche également les dirigeants d’entreprises : PwC Canada signale que 80 % des chefs de direction canadiens se révèlent préoccupés par l’obstacle à la croissance que représente la cybersécurité.

L’expansion numérique du Canada a été accélérée par la COVID 19, à un rythme qui nous aurait semblé inconcevable avant la pandémie. De cela découle une occasion très importante, soit de profiter de la hausse de la demande à l’échelle planétaire et de solidifier la position du Canada en tant que chef de file mondial en matière de cybersécurité. La régression de la situation budgétaire du Canada signifie simplement que nous ne pouvons nous permettre de manquer cette occasion économique.

Pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons y arriver :

Afin de faire croître l’économie du pays en accélérant les démarches visant à établir la compétitivité de l’industrie de la cybersécurité du Canada, le gouvernement fédéral devrait faire ce qui suit :

A. Accélérer la commercialisation des innovations liées à la cybersécurité au Canada en établissant et en finançant un programme de commercialisation pour la cybersécurité qui permettrait de combler l’écart entre les travaux de recherche et ceux destinés à la conception et à l’optimisation des produits de cybersécurité dans les secteurs à impact important et au rendement élevé.

B. Moderniser les programmes de recherche et de développement afin de récompenser les entreprises qui mènent des recherches à risque élevé pour lesquelles le rendement du capital investi à court terme est inexistant. Une telle mise à niveau devrait comprendre l’octroi de subventions salariales et de subventions de cotisation sociale, de crédits d’impôt, d’un soutien ciblé en matière de recherche et de développement, ainsi que d’autres incitatifs afin de stimuler la création de propriété intellectuelle liée à la cybersécurité au Canada.

C. Créer des occasions favorisant la conception canadienne de produits et de services de cybersécurité en établissant un programme d’adoption rapide des technologies de cybersécurité qui incite les entités publiques et privées à devenir les premiers utilisateurs des produits et services de cybersécurité conçus au Canada, en mettant un accent particulier sur les domaines à forte croissance comme la cybersécurité de l’Internet des objets et des villes intelligentes, la sécurité des infrastructures essentielles (y compris dans le domaine des soins de santé), la sécurité de la chaîne d’approvisionnement des logiciels, la cybersécurité contrôlée par intelligence artificielle et la cryptographie post-quantique.

D. Stimuler l’innovation sur le plan de la cybersécurité au pays grâce à des achats du secteur public, soit en transformant les pratiques gouvernementales en matière d’approvisionnement technologique de manière à accroître leur souplesse et à voir à ce qu’elles soient fondées sur les défis et axées sur les résultats. En outre, il conviendrait de créer davantage de possibilités pour le lancement ou l’expansion de technologies de cybersécurité ainsi que pour les membres de groupes sous-représentés ou non représentés (comme les femmes, les Autochtones, les personnes noires, les personnes handicapées et les membres de la communauté LGBTQ+) qui sont propriétaires ou dirigeants d’une petite entreprise, et ce, en tirant parti des politiques déjà en place, notamment la Politique des retombées industrielles et technologiques, et en accélérant les efforts déployés par Services publics et Approvisionnement Canada afin d’accroître la diversité des soumissionnaires cherchant à décrocher des marchés publics.

Afin de protéger les infrastructures essentielles, les chaînes d’approvisionnement et les entreprises de toutes les tailles du Canada contre les cybermenaces, le gouvernement fédéral devrait investir dans la cybersécurité dans une mesure comparable à ce que font les pairs du Canada au sein du G7 :

A. Encourager les investissements dans la sécurité de l’entreprise avant qu’une attaque ne survienne en aidant les exploitants des infrastructures essentielles et les entreprises de toutes les tailles à concevoir des stratégies de cybersécurité organisationnelle qui favorisent la prévention des cyberattaques. En outre, les démarches à cet égard devraient inciter les entités à élaborer des plans d’intervention solides au chapitre de la cybersécurité ainsi que des mécanismes d’échange de renseignements sur les menaces, en plus de promouvoir la mise à jour continue des plans de cybersécurité pour qu’ils soient conformes aux pratiques exemplaires et aux normes mondiales en la matière.

B. Créer un fonds d’aide national pour la cybersécurité afin de soutenir la réalisation d’investissements dans la prévention efficace des cybermenaces en aidant les exploitants des infrastructures essentielles et les responsables des entreprises de toutes les tailles à mettre en œuvre des stratégies de cybersécurité qui privilégient la prévention et à investir dans des solutions et des services qui augmentent la résilience de leur entreprise face aux cyberattaques.

C. Financer des partenariats publics/privés qui favorisent l’échange efficace de renseignements sur les menaces, d’une manière qui permet aux entreprises et au gouvernement de renforcer leur confiance mutuelle et d’échanger de l’information sur les menaces rapidement, en toute confidentialité et d’une façon qui se prête à la prise de mesures.

Nos membres

En collaboration avec

Leader de campagne

Champion de la campagne 

Partisans

Contributeurs