Main Menu
Page Menu

OTTAWA, le 19 mars 2019 – Aujourd’hui, le budget fédéral a manqué de s’attaquer aux questions fondamentales qui continuent de miner la capacité des entreprises canadiennes à créer un plus grand nombre d’emplois et à accroître la prospérité de tous les Canadiens, d’après l’analyse qu’en fait la Chambre de commerce du Canada.

« Nous voulons tous un Canada plus prospère pour tous les Canadiens, mais la voie vers la prospérité commence par aider les entrepreneurs à créer davantage de débouchés accessibles à un plus grand nombre de Canadiens. Ce sont eux qui stimulent l’économie, lancent et développent les entreprises qui, à leur tour, embauchent les Canadiens et réalisent des projets. Le budget ne les aide pas beaucoup dans cette voie, » déclare M. Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada.

Le Budget donne suite à certaines des politiques spécifiques proposées par la Chambre dans sa soumission prébudgétaire et à des résolutions de politiques, notamment :

  • Des mécanismes multiples de financement afin d’assurer un accès à Internet haute vitesse partout au Canada d’ici 2030, grâce à 1,7 milliard de dollars spécifiquement affectés aux collectivités rurales, éloignés et du Nord;
  • 631,2 millions de dollars pour élargir les programmes d’apprentissage intégré au travail en vue de créer jusqu’à 20 000 nouvelles occasions de ce type d’apprentissage dans des domaines autres que la science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM);
  • 150 millions de dollars pour mettre sur pied de nouveaux partenariats entre le gouvernement et les entreprises en vue de créer jusqu’à 20 000 nouvelles occasions d’apprentissage intégré au travail;
  • Des mécanismes multiples de financement afin d’améliorer les programmes d’apprentissage dans les métiers spécialisés.

Toutefois, le Budget n’apporte aucune solution pertinente aux préoccupations majeures des entrepreneurs canadiens, notamment :

  • Un engagement à mener un examen complet du régime fiscal afin de le rendre juste et moins fastidieux pour les entrepreneurs;
  • Un engagement général à réduire le fardeau réglementaire supporté par les entrepreneurs;
  • Le financement de rencontres générales multisectorielles avec les parties sur les modifications apportées au projet de loi C-69, un texte législatif essentiel qui étaye le besoin urgent du Canada à acheminer ses ressources énergétiques vers les zones côtières;
  • Le renouvellement de l’engagement à éliminer les barrières commerciales entre les provinces;
  • Un appui aux petites et moyennes entreprises pour les aider à trouver de nouveaux débouchés à l’exportation et accroître la capacité du Canada à diversifier ses échanges commerciaux;
  • Une stratégie claire pour faire avancer le pipeline Trans Mountain, étant donné les gros montants que les contribuables canadiens ont investis.

La Chambre cherchera à obtenir des clarifications supplémentaires sur certaines des propositions et des intérêts stratégiques du Budget susceptibles d’avoir des répercussions sur les entreprises, entre autres :

  • Le Budget définit des programmes de financement pour élaborer des « feuilles de route réglementaires » visant à remédier aux problèmes et aux irritants que rencontrent les parties intéressées. Ces efforts cadrent avec les intérêts de la Chambre quant à l’allègement du fardeau que supportent les entreprises canadiennes; toutefois, les propositions du Budget ne sont malheureusement qu’une solution en demi-teinte créée par le gouvernement à un problème créé par le gouvernement.
  • Le nouveau crédit canadien de formation et les prestations de soutien à la formation de l'assurance-emploi, en vue d’appuyer le recyclage et le perfectionnement professionnels, concordent avec les recommandations de la Chambre. Toutefois, leurs répercussions éventuelles sur les petites entreprises restent vagues. La Chambre a besoin de plus amples renseignements et souhaite obtenir la promesse que les entreprises seront consultées.
  • Le Budget offre peu de nouveaux renseignements sur le régime national d’assurance‑médicaments. La Chambre est favorable à ce que régime soit axé sur les 10 % des Canadiens qui ne sont pas assurés ou qui sont sous-assurés.
  • La Chambre est en faveur de rendre le programme Volet des talents mondiaux permanent. La Chambre aimerait que ce programme mette l’accent sur l’installation des immigrants qualifiés dans les collectivités rurales, là où on en a souvent le plus besoin.

« Notre économie est confrontée à des enjeux fondamentaux, qui engendrent une fuite des investissements et un affaiblissement de notre capacité à attirer les meilleurs talents, à savoir la défaillance du régime fiscal et du régime réglementaire ainsi que notre incapacité à acheminer nos ressources vers les zones côtières. Sans remédier aux problèmes structurels sous-jacents de notre économie, nous n’assisterons pas au niveau de croissance nécessaire à une prospérité accrue des familles canadiennes », conclut M. Beatty.

Le Budget ne tient aucunement compte des difficultés qu’éprouvent les petites entreprises. En effet, elles continuent de voir leur compétitivité s’éroder par rapport à leurs homologues américaines, qui, elles, bénéficient actuellement d’avantages fiscaux et réglementaires non négligeables.

« Les deux gros fardeaux qui plombent la compétitivité des entrepreneurs, à savoir la fiscalité et la réglementation, restent fermement ancrés dans notre économie nationale. Il est impossible d’accroître  la prospérité d’un plus grand nombre de Canadiens sans venir en aide à ceux qui la créent, c'est-à-dire les entreprises canadiennes. Malheureusement, ce budget ne répond pas du tout aux attentes à cet égard », ajoute M. Beatty.

 

- 30 -

 

Personne-ressource :

Phil Taylor

Directeur principal, Communications stratégiques et Affaires publiques

Chambre de commerce du Canada

613-238-4000, poste 2231
ptaylor@chamber.ca