Main Menu
Page Menu

Ottawa, le 20 février 2019 — Selon la Chambre de commerce du Canada, le pays se trouve à un point charnière économique et social en raison de notre incapacité à construire des infrastructures de transport des ressources.

« C’est le tissu social même de notre pays qui est menacé par les effets dévastateurs de la faiblesse des prix du pétrole, par notre incapacité à acheminer des ressources vers les marchés mondiaux ainsi que par les tensions croissantes entre les régions productrices de ressources et le reste du Canada », a déclaré l’honorable Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada. « Nos ressources naturelles devraient être une source de fierté pour les Canadiens et les Canadiennes. En tant que producteurs de certains des produits les plus propres, ceux qui répondent aux normes éthiques les plus strictes du monde, nous devrions faire tout notre possible à l’échelle nationale pour les acheminer vers les marchés mondiaux, où nous pourrons obtenir un prix équitable, aider à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre et contribuer à notre prospérité nationale. »

Les 450 chambres de commerce du Canada, qui représentent 200 000 entreprises d’ici, se réunissent aujourd’hui pour transmettre un message très sérieux aux politiciens et politiciennes d’Ottawa et d’un bout à l’autre du pays : apportez sans attendre des améliorations au système de réglementation défaillant du Canada afin d’assurer l’acheminement de nos ressources vers les marchés étrangers.

Dans le débat national actuel sur les ressources énergétiques du Canada et les changements climatiques, on perd de vue le fait que les produits énergétiques canadiens sont obtenus de la manière la plus responsable au monde. Il existe une énorme demande de produits énergétiques canadiens visant à remplacer le charbon dans des économies en croissance comme celle de la Chine et de l’Inde ; un tel remplacement contribuerait énormément à réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre. Au lieu de cela, le Canada laisse filer une occasion de mettre plus d’argent dans les poches des Canadiens et des Canadiennes tout en luttant contre les changements climatiques, en raison des querelles politiques internes.

« Le Canada en est à un point charnière, et nous n’avons plus beaucoup de temps. Le bien-être économique du Canada court un grave danger, d’ajouter M. Beatty. Ce que nous devons faire maintenant, c’est modifier le projet de loi C-69, apporter immédiatement les modifications réglementaires promises dans la Mise à jour économique de l’automne et mettre en place des stratégies pour acheminer nos ressources jusqu’aux voies maritimes sans plus attendre. Les Canadiens et les Canadiennes en ont assez des belles paroles. Ils veulent des mesures concrètes. »

Pour de plus amples renseignements sur le mémoire présenté par la Chambre de commerce du Canada au Sénat du Canada concernant le projet de loi C-69, cliquez ici.

Pour en savoir plus à propos du rapport de la Chambre de commerce sur l’échec de la réglementation au Canada, La mort par 130 000 coupures, cliquez ici. La Chambre de commerce du Canada a accueilli favorablement l’intention du gouvernement fédéral de moderniser le cadre réglementaire canadien, annoncée dans la Mise à jour économique de l’automne 2018 ; elle espère en outre qu’il prendra des mesures urgentes et concrètes pour respecter ces promesses.

La Chambre de commerce du Canada est le lien essentiel entre les entreprises et le gouvernement du Canada. Elle contribue à déterminer la politique de l’État et à influer sur les décisions au profit des entreprises, des collectivités et des familles du pays, forte d’un réseau de plus de 450 chambres de commerce, qui représentent 200 000 entreprises de toutes les tailles, de tous les secteurs de l’économie et de toutes les régions. Suivez-nous sur Twitter @CdnChamberofCom.

-30-

Pour toute demande de renseignements ou d’entrevue :

Philippe Taylor
Directeur principal, Communications stratégiques et Affaires publiques
ptaylor@chamber.ca (méthode préférée et la plus rapide pour obtenir une réponse)
613 238-4000, poste 2231