Main Menu
Page Menu

(OTTAWA) 4 décembre 2018 – De l’incertitude économique aux avancées technologiques, les entreprises canadiennes sont confrontées à une quantité de changements presque sans précédent, requérant les décideurs (de l’industrie tout comme du gouvernement) de concentrer leurs énergies sur les politiques qui aideront le Canada à devenir plus compétitif et à assurer notre prospérité.

Le Rapport Boule de cristal de la Chambre de commerce du Canada publié aujourd’hui est un unique mélange hybride de prévisions économiques et de synthèse de perspectives d’affaires. Il reflète ce que la Chambre a retenu des propos des dirigeants d’entreprises canadiennes représentant des entreprises de toutes tailles, de chaque secteur et de chaque région du pays.

Ce que gardent à l’esprit les propriétaires et chefs d’entreprise au Canada :

·         Les entreprises sont préoccupées par la fragilité de l’économie canadienne et notre capacité à répondre à une récession avec des déficits continus et une augmentation de la dette;

·         Des problèmes de compétitivité, tels que nos systèmes fiscaux et règlementaires contraignants, continuent à créer de l’incertitude et à entraver des investissements en capital majeurs et des mises de fonds majeures;

·         Le risque de tensions commerciales continues ou croissantes remet en question nos hypothèses concernant le soutien au libre échange, au pays et à l’étranger, ce qui renforce la concurrence économique et augmente le risque géopolitique;

·         L’innovation commerciale requiert des investissements constants et cohérents dans les technologies et la formation professionnelle afin de garder la cadence, et que les entreprises soient compétitives à mesure que l’accélération des cycles de produit et l’adoption sur le marché deviennent la nouvelle norme.

Alors que l’Énoncé économique d’automne du gouvernement fédéral contenait plusieurs mesures importantes pour combler l’écart concurrentiel du Canada, la Chambre et de nombreux chefs d’entreprises ont estimé que cela n’allait pas assez loin, ou ne soulignait pas suffisamment le caractère urgent.

« Tout au long de nos consultations, nous avons constaté que les entreprises canadiennes constatent que les risques pour l’économie mondiale augmentent et que la possibilité d’un évènement majeur en voie de faire dérailler la croissance mondiale est certainement présente dans tous les esprits », déclare le Dr Trevin Stratton, économiste en chef de la Chambre du commerce du Canada. « Les hausses tarifaires des États-Unis et des mesures de rétorsion de partenaires commerciaux nuisent à l’opinion des investisseurs, étouffant la productivité de nos perspectives de croissance. Cela entraîne beaucoup de pessimisme qui se manifestera lui-même, croyons-nous, dans les résultats du Canada, si aucune mesure n’est prise au cours de la prochaine année. » 

Le rapport constate un ralentissement continu de l’économie du Canada, avec une moyenne de 2 % de croissance réelle du PIB en 2019, un dernier soupir de croissance médiocre avant de vaciller vers une croissance anémique de 1,4 % en 2020.

« Le Canada a quelques décisions difficiles à prendre, car nous avons tout simplement atteint la fin de la trajectoire concurrentielle et nous devons faire des efforts importants pour donner à notre capacité collective de croissance de notre prospérité un effet de levier. Les conséquences d’un échec seraient tout simplement trop importantes », déclare Perrin Beatty, chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada.

M. Beatty ajoute que « nous avons la possibilité de contrôler notre destin, mais cela requiert des mesures réelles et tangibles. Les questions de révision fiscale et règlementaire ne sont plus de simples questions commerciales, elles sont d’une importance nationale. Avec plus d’annonces comme celles d’aujourd’hui et les difficultés permanentes du secteur pétrolier, ces questions pourraient dominer le prochain cycle d’élections, du fait de leur impact sur les Canadiens ordinaires. La correction des entraves à la compétitivité du Canada est maintenant essentielle, pas seulement accessoire ».

Les principales tendances énumérées dans le rapport incluent l’accélération du rythme des changements technologiques, un fossé économique croissant et les impacts d’une croissance tardive dans le cycle au Canada. En tenant compte de ces tendances, des perspectives économiques de la Chambre et des données provenant de la communauté d’affaires du Canada, le rapport souligne les implications pour les entreprises et les décideurs afin de répondre aux enjeux et de mieux exploiter les opportunités.

À l’approche de 2019, les propriétaires et dirigeants d’entreprises doivent porter attention aux développements dans les questions essentielles comme le rythme du changement, l’incertitude commerciale, les régimes de règlementation disparates, la rançon des affaires, la convergence technologique et l’innovation intersectorielle, entre autres.

Le rapport souligne également des implications pour les décideurs du Canada, avec un accent sur des domaines comme la durabilité fiscale, le besoin d’un gouvernement plus numérique, une règlementation plus souple, la mise sur le marché de ressources, la prochaine génération de politique commerciale et les boîtes à innovation.

Étant la voix unifiée de plus de 200 000 entreprises canadiennes, le rôle de la Chambre est de développer et de défendre des politiques qui aideront à créer un Canada attirant pour ceux qui souhaitent démarrer, développer une entreprise ou créer des emplois, ainsi que pour les investisseurs. Le Rapport Boule de cristal permet aux chefs d’entreprise, aux représentants élus, aux hauts fonctionnaires et aux partenaires internationaux de connaître l’opinion de la communauté des affaires sur les enjeux économiques auxquels le Canada se heurte. Suivez-nous sur Twitter @CdnChamberofCom.

– 30–

Pour de plus amples renseignements ou une demande d’entrevue :

Philippe Taylor
Directeur principal, Communications stratégiques et affaires publiques
Courriel : ptaylor@chamber.ca (méthode préférée et la plus rapide pour obtenir une réponse)
Téléphone : (613) 238-4000 (poste 2231)