Main Menu
Page Menu

Rome, Italie, le 31 mars 2017 — En cette année d’incertitude politique et économique, la Chambre de commerce du Canada a joint sa voix à celle des organismes de gens d’affaires des autres pays du G7 afin de transmettre un message clair aux gouvernements du monde : le protectionnisme et l’isolement nuisent à la productivité dans le monde et compromettent les retombées du commerce mondial, y compris les salaires, la sécurité d’emploi et les programmes sociaux.

« Les organismes de gens d’affaires du G7 ont transmis un message clair à nos gouvernements : la fermeture des frontières paralyse les échanges, affaiblit la croissance et fait perdre des occasions, tandis que le commerce responsable inclusif apporte des emplois, des salaires plus élevés et les recettes nécessaires pour financer les programmes sociaux. C’est le message que les dirigeants du G7 doivent mettre de l’avant dans le cadre de leur Sommet de mai », a expliqué l’honorable Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada.

La Chambre de commerce et les organismes de gens d’affaires des États-Unis, du Japon, du Royaume-Uni, de la France, de l’Allemagne et de l’Italie se sont réunis à Rome cette semaine à l’occasion du Sommet du B7, où ils ont discuté de priorités comme l’écoefficacité, l’aide à l’innovation et la gouvernance du commerce mondial. À la fin du Sommet, les membres ont rencontré Paolo Gentiloni, premier ministre de l’Italie, pour lui remettre une liste de recommandations. Hôte du Sommet du G7, M. Gentiloni présentera les recommandations aux autres dirigeants du Sommet.

Pendant ce Sommet, la Chambre de commerce du Canada s’est fait représenter par M. Duncan Wilson, son président du conseil. Voici son témoignage : « Chacun de nous a la responsabilité de soutenir le commerce libre et équitable, et, ensemble, nous sommes résolus à assurer une croissance économique stable qui s’appuie sur l’innovation, la durabilité et la concurrence loyale. L’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne est un exemple d’accord commercial équitable et progressiste, et tous les membres du B7 le considèrent comme la base de la prochaine étape de libre-échange. »

Carlo Calenda, ministre italien du Développement économique, a également assisté au Sommet et présenté l’AECG comme un exemple à suivre : « L’AECG a été conçu de façon bien équilibrée, ce qui créera un contexte favorable à toutes les entreprises ici en Italie et au Canada. Cet accord ouvrira la voie à bien d’autres du même genre. »

Mme Ginny Flood, présidente du comité des affaires stratégiques internationales de la Chambre de commerce, a conclu en disant : « L’an prochain, la Chambre de commerce du Canada organisera le Sommet du B7, et nous espérons que, d’ici là, le processus de ratification de l’AECG sera bien avancé, voire arrivé à son terme. Nous espérons également que le Sommet du B7 représentera une occasion de célébrer un renouveau dans les relations commerciales avec notre voisin, les États-Unis. »

Cliquez ici pour lire les recommandations du B7.

La Chambre de commerce du Canada est le lien essentiel entre les entreprises et le gouvernement fédéral. Elle contribue à déterminer la politique de l’État et à influer sur les décisions au profit des entreprises, des collectivités et des familles du pays, forte d’un réseau de plus de 450 chambres de commerce, qui représentent 200 000 entreprises de toutes les tailles, de tous les secteurs de l’économie et de toutes les régions. Suivez-nous sur Twitter @CdnChamberofCom.

-30-
Personne-ressource :

Guillaum W. Dubreuil
Directeur, Affaires publiques et relations avec les médias
La Chambre de commerce du Canada
613 797-1860
gdubreuil@chamber.ca