Main Menu
Page Menu

Ottawa, le 12 mai 2014 – Dans un rapport publié aujourd’hui, la Chambre de commerce du Canada fait valoir que les accords de libre-échange ne suffisent pas à renverser la faible performance commerciale du Canada au cours de la dernière décennie. Ainsi, le Canada doit adopter des mesures parallèles pour renforcer les services de promotion commerciale et le soutien diplomatique aux sociétés à l’étranger.

« Le commerce international représente l’une des façons les plus rapides et les plus efficaces pour assurer la croissance de nos entreprises, créer des emplois et stimuler l’économie, affirme Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada. Or, les faits montrent que nos sociétés hésitent sans cesse davantage à exporter et à investir à l’étranger, en particulier dans les marchés émergents où on enregistre la portion la plus importante de la croissance économique. »

Les récents efforts pour améliorer la compétitivité nationale et conclure de nouveaux accords de libre-échange améliorent la situation. Toutefois, à eux seuls, ils ne permettent pas aux entreprises de composer avec tous les obstacles qui les attendent lorsqu’elles investissent un nouveau contexte commercial. De même, ils ne remplacent pas le besoin d’établir des relations intergouvernementales permettant de nouveaux débouchés.

Le rapport examine le retard du Canada sur le plan du commerce et plaide en faveur du renforcement de la promotion commerciale et de la diplomatie économique. S’appuyant sur des consultations avec des sociétés membres et d’autres intervenants, le document résume les efforts actuels du Canada en la matière et recommande que le gouvernement fédéral adopte des mesures concrètes pour :

  • intégrer les services commerciaux et en assurer la liaison avec les entreprises;
  • ramener le commerce dans l’image de marque du Canada;
  • renforcer la présence diplomatique du Canada à l’étranger;
  • intégrer le secteur privé dans la stratégie d’aide internationale du Canada.

« Il ne s’agit pas tant de changer ce que nous faisons que d’en faire davantage et d’apprendre de ceux qui font mieux que nous, d’ajouter M. Beatty. Le Plan d’action sur les marchés mondiaux du gouvernement constitue un pas dans la bonne direction, mais il nous faut faire plus que de “brasser les mêmes cartes”. Nous jouons maintenant un nouveau jeu. »

Un point tournant: Comment rétablir notre succès commercial sur les marchés étrangers

Association de gens d’affaires la plus importante et influente du Canada, la Chambre de commerce du Canada assure la liaison entre les entreprises et le gouvernement fédéral. Elle contribue à l’élaboration de politiques publiques et au processus décisionnel au profit des entreprises, des collectivités et des familles du Canada et peut compter sur un réseau de plus de 450 chambres de commerce représentant 200 000 entreprises de toutes tailles, actives dans tous les secteurs d’activité dans chaque région du pays. Suivez nous sur Twitter @CdnChamberofCom.

– 30–

Renseignements:

Émilie S. Potvin
Vice présidente, Affaires publiques
Bureau : 613.238.4000 poste 231
Cellulaire : 613.797.1860
epotvin@chamber.ca