Main Menu
Page Menu

Ottawa, 18 décembre 2013 – Un des défis les plus cruciaux qui se présente au Canada ne se voit pas. Il s’agit de la détérioration constante des infrastructures publiques — les routes, les canalisations principales, les égouts et les ponts — qui permettent aux gens d’exercer leurs activités et de bien vivre. C’est lorsqu’ils feront face aux coûts importants auxquels tous les ordres de gouvernement sont confrontés que l’on pourra évaluer la prévoyance et la collaboration des leaders politiques et des hauts fonctionnaires.

« Il n’y a pas d’inauguration lorsqu’on installe un nouveau tuyau d’égout. Ce n’est tout simplement pas un moment important, déclare Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada. Mais des milliers de Canadiens arrêtés dans leur voiture en raison de la congestion routière ou d’un retard à l’entrée d’un pont peuvent nous dire ce que les investissements d’infrastructures signifient pour la qualité de vie et la productivité. »

Dans un rapport publié aujourd’hui, la Chambre de commerce du Canada soutient que le pays a besoin d’une stratégie d’infrastructures à long terme, prévisible et souple. Cette stratégie doit comprendre des investissements ciblés dans les principaux centres économiques, points de passage et réseaux de transport en commun du Canada.

Il existe un lien étroit incontestable entre les investissements dans les infrastructures publiques de base que sont les routes, les transports et les services publics, et la tenue de la productivité de tous les secteurs de l’économie canadienne. Les conséquences du sous-investissement sont tout aussi manifestes.

« Le succès et la compétitivité des entreprises canadiennes dépendent d’infrastructures modernes et efficaces, ajoute M. Beatty. Heureusement, nous commençons à constater un regain d’intérêt pour l’importance vitale de nos infrastructures publiques de base. Le pays a maintenant pour défi de voir à ce que les investissements actuels dans les infrastructures ne soient pas considérés comme une contribution ponctuelle à la lutte contre la récession, mais plutôt comme le début de nouveaux investissements qui seront maintenus à ce niveau. »

Au cours des deux dernières années, la Chambre de commerce du Canada a classé l’insuffisance des investissements dans nos infrastructures publiques parmi Les 10 principaux obstacles à la compétitivité du Canada. Il ne sera pas facile de rétablir les infrastructures canadiennes au niveau requis pour soutenir la prospérité. Il faudra la mobilisation permanente de tous les ordres de gouvernement et la participation active de partenaires du secteur privé. Nous ne pouvons plus parler d’« investissements de rattrapage » ou de « reprise économique », mais désormais d’investissements dans la compétitivité de notre pays.

« Une vision stratégique, et un dialogue avec le public qui fait comprendre l’importance des infrastructures efficaces pour la croissance économique ouvriront la voie à l’acceptation par le public de la nécessité d’accroître le niveau des investissements »,
conclut M. Beatty.


Nos partenaires sont du même avis :

« Le sous-investissement chronique dans les réseaux d’alimentation en eau, les routes et autres infrastructures de transport, ainsi que dans le réseau électrique et dans d’autres infrastructures publiques a des répercussions désastreuses sur notre qualité de vie, notre économie et la compétitivité de notre pays », déclare Michael Bernstein, président et chef de la direction de Capstone Infrastructure Corporation. « Le Canada a urgemment besoin d’une stratégie d’investissement à long terme dans les infrastructures afin d’éviter que ce déclin ne se poursuive, ainsi que pour établir des priorités et préparer l’avenir. Ce rapport de la Chambre de commerce du Canada présente des mesures concrètes pour améliorer la façon dont nous gérons, finançons et réalisons les infrastructures essentielles dont dépendent les Canadiens. »

« La nécessité de rebâtir et d’entretenir comme il se doit nos infrastructures publiques essentielles est indispensable », affirme Michael Atkinson, président de l’Association canadienne de la construction. « C’est une nécessité absolue si le Canada désire assurer sa prospérité économique future et sa position concurrentielle sur un marché mondial de plus en plus compétitif, et conserver une qualité de vie qui suscite l’admiration. L’ACC appuie plusieurs des recommandations formulées dans ce rapport, et nous attendons avec intérêt de pouvoir collaborer avec la Chambre de commerce du Canada et d’autres intervenants aux vues similaires, afin de nous assurer que le financement suffisant et soutenu des infrastructures deviendra une priorité essentielle des politiques publiques de tous les ordres de gouvernement au Canada. »

« Puisque nous sommes le seul constructeur aéronautique et ferroviaire au monde à nous concentrer sur la réalisation des solutions de transport les plus avancées, nous constatons le lien manifeste qui existe entre les infrastructures publiques et la productivité », ajoute Pierre Pyun, vice-président, Affaires gouvernementales, Bombardier inc. « Les infrastructures modernes et efficaces sont cruciales pour la compétitivité économique, la durabilité et la qualité de vie. Nous appuyons donc les recommandations présentées par la Chambre de commerce du Canada dans le rapport qu’elle a publié dernièrement, Les bases d’un Canada compétitif : la nécessité d’investir de façon stratégique dans les infrastructures, parce qu’il propose sur une feuille de route déterminante les premiers pas à franchir vers l’efficacité des investissements d’infrastructures au Canada. »

« Les pilotes maritimes conduisent les navires commerciaux à l’entrée et à la sortie des ports du pays et sur les eaux qui sont vitales pour la marine marchande canadienne. Nous nous rendons bien compte de la contribution essentielle des infrastructures publiques à la croissance, et sommes persuadés qu’il est indispensable d’investir de façon soutenue pour entretenir un réseau de transport maritime sécuritaire et soutenir une économie compétitive. Nous sommes reconnaissants de l’initiative prise par la Chambre de commerce du Canada sur cette question et nous réjouissons de sa détermination à en faire une plus grande priorité », conclut Simon Pelletier, président de l’Association des pilotes maritimes du Canada.

 

Association de gens d’affaires la plus importante et influente du Canada, la Chambre de commerce du Canada assure la liaison entre les entreprises et le gouvernement fédéral. Elle contribue à l’élaboration de politiques publiques et au processus décisionnel au profit des entreprises, des collectivités et des familles du Canada et peut compter sur un réseau de plus de 450 chambres de commerce représentant 200 000 entreprises de toutes tailles, actives dans tous les secteurs d’activité dans chaque région du pays. Pour plus d’information, vous pouvez consulter le site Chamber.ca ou nous suivre sur Twitter @CdnChamberofCom.