Main Menu
Page Menu

Toronto, 30 janvier 2013—Bien que le Canada ait réussi à transformer l’avantage que lui procurent ses ressources métallifères et minérales en avantage concurrentiel dans plusieurs industries connexes, nous devons faire en sorte de renforcer les facteurs qui ont fait de nous un chef de file mondial dans le secteur, selon un rapport publié aujourd’hui par la Chambre de commerce du Canada.

Intitulé Capitale minière : Comment le Canada a transformé ses richesses naturelles en avantage concurrentiel mondial, le rapport expose en détail comment les sociétés minières canadiennes ont permis, par effet de levier, aux industries de la finance, de l’assurance, de la fabrication de produits spécialisés et à d’autres industries connexes de réussir dans des secteurs très concurrentiels.

Employant plus de 320 000 Canadiens, les industries minières de base ont apporté 36,2 milliards de dollars au produit intérieur brut (PIB) du Canada en 2011. Les exportations minières en 2011 ont atteint 102 milliards de dollars (plus du cinquième des exportations totales de notre pays).

Toronto est la capitale mondiale du financement minier, la Colombie-Britannique bénéficie de la plus forte concentration d’entreprises d’exploration minière du monde et Sudbury est un centre minier centenaire où plus d’une douzaine de mines exercent leurs activités à l’intérieur de ses limites. En outre, l’industrie minière canadienne est hautement intégrée dans l’économie mondiale et constitue l’une des quelques industries dans lesquelles le Canada investit beaucoup à l’étranger.

« Nous avons exploité nos richesses métallifères et minérales non seulement en extrayant et en transformant des matières premières, mais aussi en créant et en commercialisant le savoir lié à la façon de mettre en valeur ces ressources. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de faire en sorte de renforcer les facteurs qui ont fait de nous un chef de file mondial dans le secteur », affirme Perrin Beatty, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Canada.

M. Beatty dit que la pénurie de compétences croissante, qui est en voie de devenir une contrainte importante pour l’industrie, représente l’une des ombres au tableau du secteur minier. La Chambre de commerce soutient que les gouvernements jouent un rôle crucial dans la réussite de l’industrie minière. Il faut consentir de nouveaux investissements dans les infrastructures matérielles et intangibles pour pouvoir exploiter nos richesses naturelles.

« Nous remercions la Chambre de commerce du Canada d’avoir publié un rapport qui rend bien l’étendue et la profondeur véritables du secteur minier canadien, une réussite unique au pays », a affirmé Pierre Gratton, président et chef de la direction de l’Association minière du Canada. « En plus des mines, qui emploient certains des travailleurs les mieux rémunérés du pays, le secteur

minier canadien soutient une très grande partie de notre économie, où il est omniprésent, allant des fournisseurs d’équipement jusqu’au milieu des banquiers, des avocats et des comptables, en passant par nos chemins de fer et nos ports pour s’étendre bien au-delà, aux quatre coins du monde. Nous avons bâti un secteur porteur au moyen de politiques intelligentes et d’investissements stratégiques, mais devons continuellement travailler à en assurer la pérennité. »

« Au Canada, nous bénéficions d’un réseau de classe mondiale d’acteurs de l’industrie, notamment des entrepreneurs du secteur minier, des professionnels du financement minier, des ingénieurs, des géologues, des avocats et des comptables. Cet écosystème minier présente un des meilleurs savoir-faire dans le monde et constitue ce qui distingue la Bourse de Toronto et la Bourse de croissance TSX des autres marchés boursiers », a affirmé Kevan Cowan, président des Marchés boursiers TSX et chef du marché des actions. « Cet écosystème, conjugué à l’expérience profonde, aux politiques sensées et à l’esprit d’innovation qui nous sont propres, nous a aidés à devenir le premier groupe boursier pour sociétés minières du monde. »

« Nous ne pouvons pas laisser tous les volets de l’effort national au secteur privé seul », ajoute M. Beatty. Il faut innover continuellement pour que l’avantage concurrentiel du Canada demeure marquant, et composer avec les préoccupations grandissantes soulevées par les répercussions de l’industrie sur l’environnement. L’accès aux ressources et l’existence d’un régime réglementaire qui protège efficacement les Canadiens sans soumettre l’industrie à des contraintes excessives deviennent de plus en plus importants.

– 30–

Association de gens d’affaires la plus importante et influente du Canada, la Chambre de commerce du Canada assure la liaison entre les entreprises et le gouvernement fédéral. Elle contribue à l’élaboration de politiques publiques et au processus décisionnel au profit des entreprises, des collectivités et des familles du Canada et peut compter sur un réseau de plus de 420 chambres de commerce représentant 192 000 entreprises de toutes tailles, actives dans tous les secteurs d’activité dans chaque région du pays. Suivez nous sur Twitter @CdnChamberofCom.

Renseignements:
Émilie S. Potvin
Affaires publiques et relations auprès des médias
Bureau : 613.238.4000 poste 231
Cellulaire : 613.797.1860
epotvin@chamber.ca