Main Menu
Page Menu

Drapeau européen

Tous les 2 mardis, nous publions 5 minutes pour affaires, un bulletin qui traite de divers enjeux économiques et fiscaux que doivent affronter les entreprises canadiennes. Dans cette édition de 5 minutes pour les affaires, notre directeur principal, Politiques économiques, financières et fiscales, Hendrik Brakel, fait le point sur la situation en Europe, les risques et les défis qui guettent ces économies, en proposant sa lecture de ce que cela signifie pour les entreprises canadiennes. Collectivement, l’Union européenne (UE) constitue le deuxième plus important partenaire commercial du Canada et le plus grand marché du monde, avec une économie de quelque 17 mille milliards de dollars, représentant au-delà de 20 % du PIB mondial.

Les récentes manchettes au sujet de l’UE ont fait grand état de craintes d’une crise économique imminente. Il est vrai que la croissance du PIB européen demeure anémique, que le chômage y est encore élevé et que d’importants obstacles restent à surmonter. La Grèce a certes besoin d’un allègement de sa dette, avec les problèmes politiques à la clé que cela promet, mais somme toute la situation de l’Europe est en voie de s’améliorer. La crise a notamment obligé les gouvernements à entreprendre des réformes qui s’imposaient, que ce soit en ce qui touche un marché du travail plus souple ou une réglementation mieux adaptée. Pendant ce temps, la Banque centrale européenne a ouvert les vannes et continue de déverser une pluie de liquidités, à hauteur de quelque 60 milliards d’euros par mois, afin de soutenir les prêts bancaires et des taux d’intérêt plus bas. L’économie de l’UE a démontré sa résilience, si bien qu’aujourd’hui même les économies chancelantes du sud de l’Europe renouent désormais avec la croissance. La route vers la reprise sera assurément parsemée d’embûches, mais il y a sans doute d’excellentes occasions à saisir pour ceux et celles qui sauront voir se profiler le portrait à plus long terme.

Lire 5 minutes pour les affaires.