Main Menu
Page Menu

Drapeaux du Canada et la Corée du Sud

La conclusion d’un accord de libre-échange avec la Corée du Sud représente une réussite notable dans les efforts du Canada en vue de tisser des liens d’affaires solides avec les économies à croissance rapide de l’Asie. Les négociations se sont avérées ardues pour le Canada; je salue donc le gouvernement pour son leadership dans la reprise des pourparlers et pour avoir conclu un accord avec la Corée qui permettra un accès accru à ce marché pour les biens et services canadiens.

Cet accord avec la Corée du Sud représente le premier que le Canada conclut avec un pays asiatique. Il donnera un nouvel élan à d’autres négociations, y compris le Partenariat transpacifique et les pourparlers bilatéraux avec le Japon.

Au cours de ma visite en Corée du Sud l’automne dernier, j’ai constaté de visu que les entreprises canadiennes se faisaient damer le pion sur le marché par des concurrents d’autres pays. Certaines étaient sur le point de prendre la difficile décision de fermer leurs bureaux de commercialisation.

La Corée du Sud est la quatrième économie asiatique, à savoir un marché de 1,1 milliard de dollars. Il y a des occasions de croissance à saisir dans de nombreuses industries, notamment l’agroalimentaire, l’aérospatiale, les infrastructures, l’énergie, les produits chimiques, la foresterie et les services financiers. En réduisant et en éliminant les obstacles au commerce et à l’investissement dans le pays, nous stimulerons les exportations et créerons de nouveaux emplois. Une lecture du texte final nous permettra de faire une évaluation plus approfondie des avantages.

En janvier, la Chambre de commerce du Canada s’est réjouie du progrès des pourparlers, tout en soulignant le besoin de mettre en place des mesures visant à assurer la compétitivité continue du secteur de l’automobile.