Main Menu
Page Menu

Canadian-EU flags


Après quatre ans de négociations, le gouvernement annonce que l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne est sur le point d’être signé. Nous applaudissions cette nouvelle.

En faisant tomber les obstacles au commerce et en encourageant la coordination réglementaire, ce marché avec la plus importante économie du monde ouvrira d’autres possibilités aux exportateurs, fera diminuer les prix pour les consommateurs et favorisera de nouveaux investissements au Canada. Tel que nous l’avons appris avec l’ALENA et, plus tôt, avec l’Accord de libre-échange (ALE) entre le Canada et les États-Unis, le commerce international est un moteur crucial pour la croissance économique. De plus, comme l’économie mondiale est en difficulté, ces initiatives sont plus importantes que jamais.

Le premier ministre, le ministre du Commerce et les équipes de négociation des deux parties devraient être félicités pour leurs efforts soutenus et leur détermination devant des enjeux très difficiles. Sans leur leadership, cet accord n’aurait jamais été possible.

Comme nous n’avons pas encore lu le texte définitif, nous ne sommes pas en mesure de dire quels secteurs ont tiré des avantages et lesquels n’en ont pas tirés. Mais nous faisons valoir depuis longtemps que l’accroissement du commerce offre des bienfaits à l’ensemble de l’économie au fil du temps.

Nous espèrons travailler avec nos membres et le gouvernement pour nous assurer l’entière concrétisation des possibilités qu’ouvre cet accord. De plus, nous espèrons que la dynamique engendrée par la signature de cet accord contribuera à faire avancer d’autres importantes discussions commerciales du Canada, y compris avec le Japon, l’Inde, la Corée et les pays du Partenariat transpacifique.